samedi, mai 31, 2008

L'overdose

Aujourd'hui:

Sex and the city, deux épisodes: 50 minutes.

Sex and the city, le film: 2h20

Sex and the city, quatre épisodes: 1h50 minutes.

On se couche.

Atteindre le fond du sac

Pour avoir fumé du weed longtemps, je comprends ce que c'est que de se rouler un joint en regardant dans le fond du sac et de constater que bientôt, très bientôt, il ne nous restera plus rien. On roule, on fume en dégustant avec un pincement de coeur. Fuck ! Il ne restera plus rien à la fin de nuit. Rien à fumer demain matin. C'est la panique, mais en même temps, on la repousse un peu. C'est pas pour tout de suite encore le manque. On se détend, mais on sait que c'est pour la dernière fois que le high nous happe.

Il ne nous reste que 6 épisodes sur les dvds de la saison deux de Sex and the city. Après plus rien. Avec la fièvre engendrée par le film, je doute que les saisons restantent soient disponnible au club vidéo.

Vas falloir qu'on page quelqu'un. Il mouille, on est samedi, on reste au lit et on a rien d'autres à faire que de regarder cette fouttue série culte.

Fix, burn, kill, assimilate



Une promenade de couple sur Mont-Royal hier. On magasine ensemble.

Je cherche comme un fou le disque compact Bites and remission, un des chefs-d'oeuvres de la première époque de Skinny puppy, ce band culte industriel canadien. Je l'avais il y a dix ans et vous savez, pawnsheüp etc... Je l'ai vendu. Maintenant, je le veux à nouveau. Cet album m'avait marqué. J'étais fasciné par le mélange de mélodies chaudes enrobées d'une sauce cadavresques rehaussée d'une voix cauchemardesque. Danse macabre, est le mot que l'on doit employer ici. Comment dans un bar sur Assimilate sans se croire dans une fête en enfer ? Grandiose et solitaire.

Puis, après des recherches infructueuses, je suis atterri par hasard au Ren'art bleu sur St-Denis pendant que Manu était à la boutique Bell juste en face.

J'ai trouvé que Bites, mais en vynil. Ah oui ! Bites et Remission sont deux albums distincts. Ils ont été rassemblés lors de leur passage sur support compact.

- T'aimes ça l'industriel ? de me dire Alain, le gars de la place.

- Ben oui !!1

-Regarde: Trisomie, Front 242, Sister's...

Je l'arrête immédiatement. Il a en sa possession le douze pouces de Body Électric. Les deouze pouces de Sister's sont d'une beauté graphique incroyable. Ils font parti d'une collection. Juste en posséder quelques-uns et c'est l'extase. J'en ai vraiment plusieurs. D'ailleurs, je n'écoute que Sister's en douze pouces. Je trépigne.

Merde dix dollars chaque. Le gars me dit sans que je ne lui ai rien demandé: je vais te faire un deal peut-être. Et il s'en va servir son autre client. Je viens vers lui. Il me fait les deux pour 12 $

Quel cool dude ! Je me présente et lui demande son nom: Alain. Je vais m'en souvenir.

J'ai un respect énorme pour les bons disquaires. J'ai pratiqué ce métier pendant 10 ans. J'ai voulu excellé. J'ai pris celà au sérieux. Pendant longtemps, ça été LE métier. Ça été la chose que j'ai aimé le plus faire dans am vie. Jusqu'à temps que je me ramasse dans un magasin et que celui-ci fasse faillite à cause d'un patron stupide incapable de gérer l'endroit convenablement. Les gens avec qui je travaillais étaient exceptionnels. sauf qu'à la fin, les distributeurs ne nous livraient plus d'albums. Ça a duré des mois jusqu'à temps que le Marché du disque nous rachète. Mais entre temps, j'avais perdu la flamme. Je me suis retiré pour mieux prendre du temps pour écrire.

vendredi, mai 30, 2008

C'est aujourd'huiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!

Ben oui le film Sex and the city sort aujourd'hui.

Mais je n'irai pas. D'ailleurs qu'est-ce que je fais aujourd'hui ? J'sais pas trop disons. Il y a le travail et une consultation. Ensuite ? Je vais voir dans le VOIR.

Comme je l'ai déjà dis auparavant, je vais attendre d'avoir vu plusieurs épisodes où toutes la série.

Vous, qu'est-ce que vous faites aujourd'hui ?

jeudi, mai 29, 2008

Closer


Je ne suis pas seulement à fond dans Sex and the city en ce moment. Je suis à fond dans l'apprentissage du clavier. Je passe environ 7 heures par jour à pratiquer. Pour ce faire, j'écoute beaucoup de musique. Je dois apprendre des chansons que je connais. Ce qui m'inspire le plus en ce moment est ce chef-d'oeuvre inégalé qu'est Closer de Joy division. Je me sens proche de cette musique au bord du chaos. Je me retrouve surtout dans les paroles dépressives. Je suis très dépressif en ce moment. Donc, Joy divison m'accompagne à merveille. Je joue les chansons du disque Closer tout en les chantant. Je m'aide des paroles comprises dans mon coffret.

Je viens de découvrir il y a quelque secondes ce blog sur Joy division. J'ai pas eu le temps de voir grand chose. J'irai fouiner demain plus en détails. Disons que c'est hot en maudit.

J'attend encore une fois comme un malade la sortie de Control repoussée plusieurs fois cette année. Ça sort début juin. Je l'espère...

Et voici une version de Ceremony par Radiohead. Toute version de cette chansion reprise par n'importe qui est toujours la bienvenue par qu'il n'existe pas vraiment de vrai bonne version de cette pièce par Joy division eux-mêmes. Il s'agissait d'une pièce perdue par le groupe et réenregistrée pour la compilation de new order en 1987jusqu'à temps que Bernard Sumner retrouve celle-ci enregistrée sur une cassette 4 tracks peu avant la parution du coffret en 1999. Et encore, on a même pas la fin. La bande s'arrête en cours de route.


Ceremony-Radiohead

Sex and the city, La grand messe ou la prière en privé ?


C'est de mieux en mieux.

Miranda pis son barman. Y a un clash de situation financière et c'est triste.

Mr. Big et Carrie, c'est de plus en plus cool.

Je réalise que ça va être long regarder la série. Habituellement, nous regardons plusieurs films par semaine. Un par soir en fait. Maintenant, nous n'en avons que pour Sex and the city. C'est cool, mais ça nous coupe de plein de nouveautés. Mais on est trop en manque.

Une critique du film est sortie dans La presse aujourd'hui. J'ai peur. Ça l'air d'un film de matante. Selon l'auteur de la critique. Il fallait peut-être s'y attendre. Au cinéma, on ne peut dire certaines choses. Pourquoi à la maison, à la étlé et non au cinéma ? Est-ce parce que l'on est pas seul et que les répliques juteuses risquent de nous mettre mal à l'aise devant les autres, en compagnie d'autres ? À la maison, on a le droit de rire ou d'apprécier certaines choses inacceptables ou loufoques alors qu'au cinéma on risque de se sentir mal si on en rit. On veut faire familiale. Pourquoi aceptiser des personnages alors que c'est leur liberté de paroles qui nous a tant séduit ? Comment se fait-il que le saut au grand écran gâche tout parfois ?

Anyway, ce film m'emmmerde déjà. Pour moi Sex and the city est une activité de couple, de quoi de privé que je vis à la maison à mon rythme d'épisodes possibles par jour, quand je le veux. J'aime faire venir ces femmes dans mon monde. J'ai pas nécéssairement le goût de me rendre chez elles. J'aime bien me les approprier aisni. Aurais-je le sentiment de les perdres en allant les voir, en allant partager ce plaisir solitaire (de couple) avec d'autres spectateurs exaltés dans une salle sombre ? J'sais pas. SATC c'est comme une prière que j'aimerais bien réciter chez moi, en privé et non un messe à célébrer à l'église avec tous. C'est pour ça que j'ai peur. J'aurai le sentiment qu'elles m'ont échapé lorsque je sortirai du Quartier-Latin prochainement...

mardi, mai 27, 2008

Et dire que...

La chronique si dessous a été publiée en même que ce petit message d'accompagnement.

J'ai regardé le titre de mon blog: Mc BrutaLLL. Et boy, je fais mauvaise réputation à mon personnage en parlant ainsi de Sex and the city. J'ai plus l'air de Mc VadrouiLLLe.

Ça me fait du bien autant qu'à vous que d'écrire sur cette série. Vous êtes trois fois plus nombreux en tant que lecteurs qu'auparavant. Donc, je vais me forcer pour vous faire part de mes impressions. Je vais surtout foncer sur une nouvelle série une fois SATC terminée. C'est plus cool que mes messages moches que les gens croient être des insultes et qui m'empêchent de dormir. Chus un gars gentil dans el fond. Je m'exprime juste ben mal des fois.

Merci de me lire.

Et maintenant, lisez ce qui se trouve plus bas.

Enfin, j'ai pleuré

Ainsi se poursuivent mes chroniques sur ma découverte de la série Sex and the city.

Enfin, j'ai pleuré. Mais enfin aussi il lui a dit.

Mr. Big lui a dit que c'était sa petite amie. Il a enfin présenté Carrie comme sa petite amie à ses amis. Et surtout, alors que elle et ses amies croyaient qu'il ne viendrait pas au souper organisé au Denie afin de le présenter officiellement, il s'est poitné, à la dernière minute, tout trempé. C'était beau. Et Miranda qui ne croyait plus à rien, qui venait tout juste d'envoyer promener Steve, son nouveau prétendant Barman, qui se lève et part à la recherche de celui-ci rentrant bredouille sous la pluie.

C'était beau et ça sentait l'amour naisant. C'était tellement beau. J'ai pleuré.

J'ai pleuré aprce que justement ça avait l'air vraiment beau. Il n'y avait pas de violons pour nous forcer à pleurer en jouant un calice de thème en mineur, pas d'images au ralenti. Non rien. Juste de l'émotion véritable. L'émotion ressenti de voir son/ses ami(es) obtenir enfin ce qu'ils/elles espèrent vraiment de l'amour, une reconnaisance tant désirée. Rien d'autre. Je me retiens tellemetn de pleurer au cinéma et à la télé car j'ai horreur d'être au service d'un artifice cinématrographique. (- ok, le spectateur va pleurer à cet endroit). Non c'est pas pour moi. J'ai trop étudié le cinéma pour me laissé prendre comme un idiot. Sauf que dans cet épisode nommé, The man, the mythe, the viagra, il n'y avait riende cela. C'était pure.

Enfin j'ai pleuré en regardant Sex and the city. Je me suis retourné sur la poitrine de Manu et j'ai fondu en larmes pendant quelques instants.

Carrie, Miranda, Samantha ou Charlotte ?

Il semble y avoir consensus dans le lit de couple.

Après plusieurs épisodes de Sex and the city, je commence à me faire une petite idée des personnages et observe avec joie l'évolution de chacune. Elle me sont familières. J'anticipe même sans me tromper plusieurs de leurs réactions.

Hier, au restaurant Chinois que nous nommons LE restaurant sans avoir à en divulger le véritable nom tellement c'est LE restaurant, alors que nous attendons nos plats, une table d'hôte constituée de côtellettes de porc, poulets à l'ananas, soupe Wonton, riz frits au poulet, boeuf aux légumes, la question tombe. LA grande question.

- Pis toi, c'est qui ton personnage préféré ?

- On devrait pouvoir dire (ta) personnage préférée ici...

- C'est qui ? Moi je pense que c'est Charlotte.

- Ah ouin ! T'es une fille de même ?

À ce moment, le serveur qui ne comprends pas un maudit mot de français dépose sur notre table la soupe et les deux egg rolls omis dans la description plus haut. Et c'est à ce moment que je songe au fameux restaurant où Mr. Big amène Carrie manger
lors de la première saison. Quoi de mieux que d'amener sa maîtresse dans un lieu isolé comme celui-ci afin de ne pas être surpris par sa femme ? Normal qu'elle se soit posé tant de questions sur le pourquoi qu'il l'avait amené dans ce resto miteux à deux reprises. On se serait posé les mêmes questions pour moins que ça.

- Remarque, dis-je, j'sais pas trop trop moi. Eh.. Miranda, Samantha...

- Tsé Charlotte incarne mes valeurs. C'est comme une princesse. Elle vit dans un monde un peu féérique. Elle croit en l'amour véritable, le mariage, elle veut des enfants. Elle a des belles valeurs. C'est le personnage le plus pur.

- Ok t'as raison. Je ne me retrouve pas dans personne d'autre que elle moi aussidans le fond. Les autres...

- Carrie est trippante sauf qu'elle n'est pas définit. Comme si ils avaient voulu la définir le moins possible afin de garder ce personnage ouvert aux changements autant au niveau de sa personnalité que dans sa vie. Ça permet aux auteurs une plus grande liberté. Ils peuvent la faire changer de direction, d'opinion etc...

- T'as raison. D'ailleurs, c'est toujours les personnages principaux qui sont le moins typés. Regarde Tintin pis le Capitaine Haddock..

- Rapport ?

- Ben Tintin est plate au maudit tandis que le capitaine boit, fume pis sacre. Tsé si le personnage principal de la série était Samantha, je ne suis pas certain que ça aurait ben ben marché la série. Ça aurait été hardcore pas mal. D'ailleurs, c'est drôle que ce soit un gars qui écrit la série...

- Pas toujours. Ça va changer.

- Oui, mais la première saison pis une grosse partie de la saison deux a été écrite par Patrick Michael King.

- Bref, dit-elle, moi c'est Charlotte que je préfère. Miranda est comme trop féministe pis...

- Moi aussi c'est Charlotte. Elle est pure.

- Oui c'est ça. Je suis comme elle: une princesse.

- Tu rêves de châteaux et de prince charmant je sais...

Sur ce, nous avons continué à déguster notre table d'hôte tout en songeant à rentrer le plus rapidement possible dès que nous aurions en mains l'addition afin d'allé regarder trois épidoses en rafale avant de nous coucher. Le seul épisode regardé dès notre réveil le matin n'était qu'un hors-d'oeuvre. Nous étions en manque. Cette conversation nous avait autant stimilé que donné faim.

Et nous nous sommes attardés au Carré St-Louis avant de rentrer. Assis sur le bord de la fontaine, nous nous sommes imaginé l'épisode du matin consacrée aux Freak lovers et dans lequel Carrie fait une rencontre avec un gars alors qu'elle est assise sur le bord d'une fontaine presque identique.

- Pis Manu, imitant tant bien que mal l'épisode du matin, tu viens souvent ici ?

lundi, mai 26, 2008

Eisbär



Ours polaire
Glace froide

Je voudrais être un ours polaire au pôle nord.
Alors là seulement, je ne pleurerais plus.
Tout serait parfait.

Les ours polaires ne pleurent pas.

Frôler la catastrophe !!!!

Imaginez-donc toute mon excitation samedi dernier lorsque, arrivé au kiosque à journaux de mon épicerie, je me suis appeçu que La Presse avait publiée un cahier spécial Sex and the City.

Je me suis emPRESSÉ de l'acheter. Rendu à la maison par contre, je me suis abstenu de le lire avant que Manu rentre. Il nous fallait partager ce cahier spécial.

Quelques heures plus tard: souper et lecture en couple du dit cahier .

Il m'a fallu arrêter. Plus je lisais, plus je m'appercevais que j'étais en train de découvrir tout les punchs de la série. Déjà que Manu a de la difficulté à se retenir de ne pas me les vendre, elle qui a déjà regardé toute la série, je n'allais pas en plus courir au devant des problèmes là. Bref, j'ai vraiment frôlé la catastrophe samedi dernier.

Je marche sans cesse sur un champ de mines en ce moment. À n'importe quel moment, je peux en apprendre sur le déroulement de la série. Je vis dans un monde de dangers. Je me sens comme Carrie Bradshaw qui se fait arroser par une flaque d'eau lancée par un bus pendant le générique du début. Sauf que je ne veux pas être trempé.

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Je viens d'imaginer. Je vais souvent sur le site de recettes québec. J'y trouve tout ce que je veux. Ce sont des particuliers qui publient leur recettes. Je m'imaginais m'y inscrire et publier le plus sérieusement du monde avec des termes un peu snob des recettes minables comme comment faire du Diner Kraft. J'sais pas si c'est parce que je viens de me réveiller, mais je trouve drôle...

dimanche, mai 25, 2008

The Christ was not right


J'avais un très mauvais ordi il y a quelque temps. Impossible de faire des backups de mes textes avec une disquette, un cd ou en me les envoyant via internet. J'étais fouttu littéralement.

J'ai perdu cet ordi depuis avec les textes dedans. Ça me rendait triste parce que j'y avais laissé des textes quand même extraordinaires. Bon quand c'est perdu, c'est perdu. On passe à autre chose.

Mais je me suis souvenu la semaine passée que je les avais photographiés à même l'écran. J'ai retrouvé ces photos ce matin. Me voici gonflé à bloc. Plein de nouveaux textes sont réapparus.

Pour votre plaisir, j'ai mis plus haut un extrait de ce qu'aurait pû être le refrain de The Christ is right. Une chance que non parce que c'est franchement mauvais.



Et une partie d'un des couplets avec lequel j'avais beaucoup de difficulté. Voilà, je partage ma création avec vous. Vous savez, ça prend du temps en maudit des fois avant d'arriver à de quoi de bon. On prend plusieurs pistes, on s'égare pour ne plus être capable de revenir à l'idée initiale et le texte est fouttu. Parfois, on réussis à revenir, à garder la forme et à accoucher de quelque chose de bien. Mais c'est rare. Je croyais vraimentn en mon refrain : Donne au Lord. Je savais que ÇA, c'était vraiment bon. J'ai donc brodé autour de ça. Mais ça été long. Au début, le refrain faisait parti d'un des couplets. Ça aurait été dommage de perdre ce hook en le compressant dans un couplet rempli de mots. Il aurait été étouffé. On aurait perdu sa puissance.

Tout ça pour vous dire que le Christ n'a pas toujours été right !

Exposition photo


Ma vieille obsession pour les photos prises dans les vitre de camion. Celle-ci date du 27 août 2005. Avant de partir pour Baie-St-Paul, Gatineau fait un arrêt sur Ontario afin de se restaurer pour la route. Ici, on voit le chic City bar.

vendredi, mai 23, 2008

Ah ben tabarnak !!!!

Me v'là poigné jusqu'au coup là pis ben raide !

Chus dans marde comme ça se peut pas.


Milie Croche a passé à ma blonde Manu les deux premières saisons de Sex and the city pis ça fait une dizaine d'épisodes qu'on regarde ensemble pis je commence à aimer ça. Ah ben tabarnak !

Merde ! J'aurai pas moyen de m'en sortir. Me v'là comme toutes ces folles en train de tripper sur Carrie Bradshaw pis sa bande de poufiasses. Ostie non ! J'veux pas ! Faut surtout pas ! Non mais parce que c'est rendu qu'on regarde un à deux épisodes par soir avant de se coucher. On est collé sur le divan pis tout là comme deux malades. Hey pis ça arrive même que je ris de bon coeur ! J'trouve ça drôle là comme pis tout là tsé. Mais je me respecte et me rétracte ensuite. J'va dire que je ris par politesse, pour pas que Manu se sente seule avec sa série qu'elle tente de m'inculquer de force. Mais j'trouve ça drôle quand même. Mais jamais je n'oserais m'avoué vaincu par cette série. Non ! Jamais ! C'est pour les filles c't'affaire-là, pour les gay ! Ya personne qui a les coffrets de Sexe and the City au nord de Sherbrooke. D'ailleurs, il paraît que la série n'a été diffusée dans le temps que dans un secteur entre Bérri pis Papineau à la hauteur de René-Lévesques et Sherbrooke. Vous saviez pas ça ?! Non, moi mon style série télé c'est Pimp my ride, les compétitions d'hommes forts pis le hockey quand qu'c'est bon. Ah ! Ou les courses de chars le dimanche après-midi. Ça c'est de la télé ! Une série sur 4 filles en chaleurs qui font du blabla superficiel c'pas pour moi ça !

Pis regarde-moé ben le 31 mai prochain là ! On va allé bouffer au restaurant dans un restaurant romantique comme deux deux tantes avant d'allé se mettre en file au cinéma pour voir la version cinématographique de la série comme deux jeunes adolescentes qui se pomponnent pour allé cruiser pour la première fois au centre-d'achat de Terrebonne. On va être toutes excitées en plus. On va pu tenir en place. On va avoir hâte. On va être émues pendant le générique. On va même pleurer à la fin. À cet effet, on va avoir apporté des kleenex bien sûr. Ah ! pas officiellement là. Non ! Comme par hasard tsé. Moi qui emporte jamais ça sur moi des kleenex, j'va en avoir comme ça là de même dans le fond de ma poche genre.

Pis j'va rentré un peu frustré ce soir-là de savoir la fin de cette série alors que j'aurai pas eu le temps de terminer l'oeuvre colossale qu'est Sex and the city. Je vais me taper les épisodes en sachant que peu importe les épreuves que traversent ces femmes, elles vont finir heureuses dans le plus beau des mondes. Je vais me dire, patience Charlotte. Je sais que tu vas y arriver. Tu vas être heureuse un jour chérie. Mais le plus fou dans ça c'est Manu. Elle, elle les a déjà tous regardé les épisodes. Elle me les montre en ce moment. Elle partage sa série préférée avec son chum. C'est comme une sorte de sacrifice pour notre couple tu vas me dire ? Ouais ouais. Mettons qu'elle y prend plaisir et qu'elle ne fait pas que souffrir dans ça. Non mais, entre vous pis moi là.

jeudi, mai 22, 2008

Vendredi 23 mai 2008

L'inspecteur épingle

Millie Croche ( ma blonde drumme avec elle !!!)
Mr.Tobo
Le Révérend

Pis je ne me souviens plus qui...

Ce soir

Fête ! Fête ! Fête !

Istvan Kantor


Ok. J'ai vu un de ses films dans le cadre du festival Élektra à l'Usine c il y a quelques années. J'étais rivé sur mon siège. J'avais le vertige, la nausée, une érection dans mon pantalon.


C'était un film tourné dans un paysage industriel où des hommes et femmes mi-robots mi-humains baisaient. C'était comme des machines en train de forniquer. Comme si un ordi et un humain copulaient ensemble afin de créer des humanoïdes. C'était capoté ! Pis tellement cochon. Esthétique industriel 1983.


On y voyait comme trois images de scènes différentes présentées en même temps grâce à un procédé de montage qui alternait chaque scène en en présentant que 1 secondes à la fois une en arrière de l'autre. Ok. Je vous ai perdu là. Vous comprennez pas. Mais c'est que c'est inexplicable du Istvan Kantor. Inexplicable ! On parle d'expérience cinématographique pure, de fétichisme péliculaire. D'ailleurs, Istvan se tortillait sur une table en mimant une masturbation devant l'écran tout en actionnant des boutons d'où sortaient la bande son du film projeté derrière !!!!

Complètement fou!

C'est donc à un rendez-vous de ce genre que vous convit Pierre-Luc Vaillancourt dimanche prochain pour une autre des ses excellentes soirées de cinéma transgressif : Cinéma Abattoir.
Pis en plus, c'est le lancement de leur DVD.
Imaginez-vous un show de Cabaret volaire en 1979 dans un loft désafecté. Ça va être ça.


mercredi, mai 21, 2008

tristesse

Depuis quelques jours, je ne sais plus où donner de la tête.

Je ne comprends plus rien.

Je me désole et suis désolé.

Je m'isole.

Ass hole.

0


Chus trop déprimé..

mardi, mai 20, 2008

Rap maudit du 27 mai 2008

Séba et Khyro présentent:Rap Maudit 27 mai 2008Quai des Brumes4481 St-Denis22h 5$

Nos invités ce mois-ci:

Crowd: Le mois dernier nous avon eu la performance de Bgreen qui était impeccable. Celui-ci est venu accompagné d'un ami également immigrant ontarien qui nous a demandé de performer. Naturellement, on aime mieux écouter avant...et c'est ce qu'on a fait. Un rappeur qui a l'air de rien mais qui devrait s'adapter très bien au contexte de Rap Maudit. Flow bizarre et beats étranges, Crowd est le rappeur à découvrir ce mois-ci.www.myspace.com/crowdthemc

EMC : Extraordinaire beatboxer et rappeur intelligent. Originaire d'Halifax, EMC est un participant régulier aux soirées Spoken Word de sa ville. Son album To whow it may concerns, est rempli de perles littéraires, des textes introspectifs et un storytelling des plus imagés. De plus, il ponctue ses tracks de son talent de beatboxer tout en conservant une homogéinité incroyable. Tout simplement malade.www.myspace.com/emcsince77

Hermit of the woods: Un autre haligonien qui nous fait grâce de sa présence. Halifax a été le berceau du rap expérimental canadien (cette ville a vu naître les Sixtoo, Buck 65 et autres...) Hermit a un flow rauque qui rappelle un peu son comparse d'une piasse 65, mais le sujet est complètement différent. Son album The Woods are burning est singulièrement intéressant, en fait, il a composé une pièce inspirée de la Baghavad-Gita, ce qui lui vaut le titre de mon nouveau rappeur préféré...www.myspace.com/hermitofthewoods

Edywydee: La Belgique est un pays qui m'a toujours paru étranger à la francophonie. Pourtant, j'ai fait mes premières classe dans le hip-hop francophone avec le groupe De Puta Madre...Il n'y a pas vraiment de lien avec Edywydee par contre... Seulement une occasion pour moi de me remémorer des souvenirs et de me ramener à mes débuts dans le rap. Edywydee a fait partie du groupe rap Le Rezo et maintenant il écume les scènes de slam en Belgique. Un première apparition au Québec l'amène à rap maudit avec un compatriote...

Youness: Compatriote d'Edywydee, il me permet de continuer mon anecdote sur Puta Madre... En 96 (je crois) ceux-ci ont participé au Coup de Coeur Francophone qui avait lieu au Cégep Maisonneuve à l'époque. Naturellement, il y avait seulement mon groupe d'amis de présents (éventuellement Traumaturges)... Ce spectacle a permis cependant de nous faire comprendre l'importance d'avoir un dj dans un groupe de rap. Bref, Youness a monté plusieurs spectacles où se mêlent Slam et théâtre et c'est aussi un avide participants des micros ouverts de Belgique.


Les musiciens ce mois-ci ne seront nuls autre que nos deux mercenaires Eric Ginger Grass à la contrebasse et Jeance Smoke Meat Nickel's aux drums.

Pis ?

Pis aimez-vous ça les bédés virtuelles que je vous ai proposées ? C'est cool hein ? Moi, ça m'amuse au bout.

Rectification:

Je m'excuse pour le blog que j'avais écris dimanche et que j'ai laissé que quelques heures ici. J'étais triste parce qu'il y avait eu moins de gens que je ne le croyais au show de Gatineau samedi à l'inspecteur. J'avais peut-être mal fais ma pub ? Je comptais sur le bouche à oreilles ou je ne sais quoi... J'étais triste et j'avais honte face à mes dudes et au Mieux de la mort. J'sais pas. Quand tu dis que tu va sfaire une super soirée événements pis qu'il y a moins de gens qui se pointent que tu ne le croyais, t'as un choc.

Y en a qui ont mal compris je le sais et d'autres dont je me doute bien de la réaction. Le monde poigne les nerfs facilement. Je me souviens de mon célèbre Scène Bocale qui avait fait couler tant d'encre (virtuelles). Beaucoup n'avaient pas compris que je voulais que la scène s'unisse, que l'on trouve des moyens de travailler ensemble afin de la faire grossir, d'augmenter le public, que les événements concernant directement le même public ne se chevauchent pas inutilement. Le sgens ont pensés que je les blastais. Mon public a pensé que je les insultais quand je disais qu'il y a toujours les mêmes 15 personnes. Je voulais dire que j'aimais les 15 personnes, mais que je voulais m'arranger pour qu'ils soient accompagnés de 15 autres personnes de plus. Et puis personne n'a rien compris.

Depuis septembre, je veux mener une vie tranquille. Je n'ose plus poster de billets brûlant ici. Aussi, je me sens censuré sur mon propre blog. J'ai enlevé les commentaires de peur de mauvais comments. Ça fait que j'ai pas de feedback directe et ça me rassure,mais me fait paranoyer un peu également.

J'sais jamais ce que vous pensez ! J'ai tellement peur d'être mal compris que je me tais.

S'ouvrir aux autres, c'est s'exposer à se faire rentrer dedans.

Ça ne me tente pas ben ben.

Même là, je sens que je vais trop loin. Je veux voir les duex côtés de la médaille pis j'sais pu si ce que je dis va être bien interprêter pis etc.....

À la prochaine fois...

lundi, mai 19, 2008

Mes plus belles découvertes web

J'ai commencé par prendre par hasard cette bédé à la blibliothèque Mont-Royal hier après-midi. En feuilletant le bouquin, je me rend compte que celle-ci est publiée sous forme de journal intime sur le web. Le dessinateur a créé ce personnage fictif qui semble s'inspirer directement de sa vie. L'histoire est celle d'un illustrateur en manque de sexe et dont la cosncience est illustrée par un espèce de chat qui le suit partout.

Le résulat est complètement hilarant ! Je l'ai lue hier avec ma blonde Manu et aujourd'hui, alors que l'on montait le vidéo de la tournée de Gatineau en France pour le Bang! Bang!, je l'ai fais découvrir à Nelson Roberge et André Péloquin. Tous deux étaient complètement crampés.

En faisant quelques recherches, j'ai découvert le blog Papa me fourre qui fait un peu dans le même style. Lui aussi est hallucinant. Même si les dessins sont moins élaborés que ceux du Blog de Frantico, les références sont plus intéressantes. Puisque le bloggeur est québécois et probablement montréalais, on comprend mieux. Le gars, Simon, parle même du groupe Kaïn !
Si le blog de Frantico couvre que quelques mois de l'année 2005, Papa me fourre en revanche, est encore actuel. D'ailleurs la dernière entrée a eue lieu hier !!!!

Il faut absolument que vous alliez voir ces deux bédés diffusées sur le web.
Le blog de Frantico
Papa me fourre

Je vais perdre des lecteurs je le sens.

Des nouvelles, des étoiles...

Extrait tiré d'un magazine français:

Noir Désir "s'est remis au boulot", comme l'a confié au journal suisse La Gruyère du 8 mai Serge Teyssot-Gay, guitariste de ce qui fut le plus important groupe français des années 1990. Pas vraiment une surprise. Pendant la détention de leur chanteur, Bertrand Cantat - condamné en mars 2004 pour avoir tué sa compagne, la comédienne Marie Trintignant -, les trois autres musiciens du groupe avaient évoqué à plusieurs reprises leurs retrouvailles musicales.
"L'envie de rejouer ensemble n'a jamais disparu, mais dans quel contexte ? Sous quelles formes ? Une répétition ? Un album ? Une tournée ? Un concert unique ? Tout est concevable", avaient-ils confié au Monde du 16 septembre 2005, lors de la promotion de l'album et du DVD en concert, Noir Désir en public, enregistrés avant le drame de Vilnius. De sa prison, le chanteur avait pu d'ailleurs participer au mixage du disque.Quelques semaines après la libération de Cantat, en octobre 2007, le groupe a repris les répétitions. Des sessions sont organisées, sans régularité, dans le studio du batteur Denis Barthe, près de Bordeaux, ville dont le quatuor est originaire. "On projette d'enregistrer un album durant l'hiver prochain, explique Teyssot-Gay à nos confrères helvétiques. C'est court, mais on a besoin d'une échéance pour se structurer." Le guitariste précise : "On n'a plus composé ensemble depuis 2000. C'est long. Chacun a évolué selon son propre parcours, c'est vachement intéressant."Selon nos informations, si beaucoup de musiques ont été produites lors de ces répétitions - l'équivalent d'un double album -, rien de cette matière n'a encore la structure de chansons. Cantat, qui n'a pas encore proposé de textes, participe plus comme guitariste que comme chanteur. "Il est prématuré d'annoncer une date d'enregistrement, nous a déclaré Olivier Caillart, directeur général de Barclay, maison de disques de Noir Désir. On se sait pas quand cela doit aboutir, si ça doit aboutir."
Stéphane Davet
Article paru dans l'édition du 18.05.08

jeudi, mai 15, 2008

Gatineau enfin à MontréaLLL


GATINEAU
Le mieux de la mort
Samedi le 17 mai 2008
21h30
L'Inspecteur épingle
4051 St-Hubert
MontréaLLL

mercredi, mai 14, 2008

90 minutes

Voici le dernier podcast en ligne avec moi. On pensait avoir tout dit avec le truc sur Bande à part. On va plus loin ici et ça dure plus longtemps.....


http://www.minuitetdemilesoir.mypodcast.com/

ostie que c'est drôle

Je viens de regarder mon blog. J'ai posté mes 4 derniers messages sans vraiment me souvenir de ce que j'avais mis ici.

il y a un message qui se nomme nuits, l'autre nuit et l'autre matinée.

J'm'ne étais même pas rendu compte !!!!

On peut pas dire que j'ai pas de suite dans les idées...

Matinée

Je me lève très tôt ce matin. Quelques minutes plus tard, je deviens fou comme de la marde.

J'ai un message de Daniel Boucher dans ma boîte à messages.

Ya de quoi qui commence aujourd'hui pour moi.

mardi, mai 13, 2008

Show à MontréaLLL

Gatineau
Le mieux de la mort

L'Inspecteur épingle
4051 St-Hubert

Samedi le 17 mai à 21h30

Nuit

Plus sombre que noir, plus obscur que clair,
Même si mes ténèbres sont traversées d'éclairs.

J'm'enfarge dans mes lignes de vie à force de pu rien voir.

mercredi, mai 07, 2008

Nuits

Merde !

Je suis réveillé par des rêves, presque des cauchemars depuis quelques nuits.
Ensuite, je ne dors plus.

Qu'est-ce que j'ai ?

Qu'est-ce qui m'attend ?


Agitation mentale quand tu nous tiens.

vendredi, mai 02, 2008

Gatineau à Ax-Les-Thermes !!! Tabarnak!



De loin le meilleur clip fait sur nous à vie. Il est de notre ami Julian qui nous a tellement aidé à Toulouse. Il nous a comme sauvé la vie. En plus, il récidive avec ce superbe clip qui restitue toute l'énergie, la force et la décharge de gatineau. Personne n'a su capturer le band comme lui auparavant. Ce clip est hallucinant. Gatineau, c'est ça. Exactement ça. Je suis chaviré.

jeudi, mai 01, 2008

Bourges de là !


Prestations aux Printemps de Bourges. AlcooLLL. Fermez les lumières autour de votre ordi, le clip est sombre.