jeudi, juillet 31, 2008

Lectures proposée

Vous avez remaqué plus bas le dessin de moi fait par Iris qui dit: Manu! (C'est le mot que je dis le plus souvent comme un enfant attardé). Manu! Manu! Manu!

Bref, Iris a participé aux 24h de la b.d. plus tôt cet année. Elle y a fait une bande-dessinée sur L'astral 2000, célèbre bar de la rue Ontario où j'allais dans le temps que ça s'appellait le Faubourg. J'y mettais des affiches. Les soirées de lectures du Steak haché se faisaient là-bas. C'était beau. Je comprends pas comment des gens sont venus détruire le décor de cette place pour le remplacer par ce qu'il y a aujourd'hui...

Bon. Vous pouvez lire ici sa bande-dessinée et la découvrir, elle et son blog, si vous ne la connaissez pas.

Cliquez sur le nom:
L'ASTRAL 2000

mardi, juillet 29, 2008

Gatineau 0.2 ( cahiers 3 )

Bon, je sais que mes dessins sont poches, mais c'est ça que je veux. C'est pas un étalage de talent, mais juste de quoi de sympa que je fais pour moi-même et que je partage avec vous apr la bande.

Ma promenade s'est mal déroulée. J'étais trop déprimé pour bien rouler et me lancer dans une promenade de grande envergure comme j'en fais souvent. Ma blonde est à New York cette semaine. Je pensais que j'allais passer du bon temps seul, que j'étais immunisé contre les départs et l'ennui (moi qui pars toutes les semaines en tournée). Et bien non. Je me sens triste et j'ai hâte qu'elle revienne. Heureusement que mon prochain show est à Montréal. C'est triste toutes ces belles histoires que je vis avec le groupe auquel elle n'a pas accès parce que je joue loin et que l'on a pas de place dans le camion. J'aimerais tant partager tout ça avec elle. Le plus triste est de se quiter chaque semaine. On ne s'y habitue pas encore. Et dire que mon automne va être hyper chargé encore. Une tournée en France est plus ou moins prévue pour le moment en plus. Si j'étais célibataire, peut-être que tout ça serait drôle, mais ce n'est pas le cas. Pour le moment c'est elle qui est au loin et moi qui suis ici à me morfondre. Je comprends vraiment maintenant ce qu'elle peut ressentir toutes les fois où je pars. J'arrive pas à croire que serai parti toutes les fins de semaine cet automne. C'est pas une vie pour elle comme pour moi. Ça a l'air cool la vie de star, mais c'est triste dans le fond. J'aime ma blonde. J'aime être à la maison avec elle lorsqu'il fait froid dehors et m'occuper d'elle en lui préparant des plats et des soirées cinéma.

Faut-il quitter ceux qu'on aime pour allé faire tourner des ballons sur son nez ?

J'y pense souvent à cette phrase de Rivard. Elle aussi. Ça vaut la peine pour des shows comme le prochain aux Francos, mais bien des fois conme à St-Alban où on joue à 4h30 du matin devant 12 personnes ou à Woodstock devant 40 autres qui n'entendent pas notre set à cause de tout le bruit que fait l'hommage à Bob Marley, ça donne le goût de rentrer en courrant se cacher sous les couvertures auprès d'elle. Je me demande au maudit ce que je fais là dans ce temps-là. Pis c'est pas comme si un show de Gatineau c'était facile. Ça demande de l'énergie comme c'est pas possible. Il faut faire honneur au statut de bête de scène et ça demande beaucoup de force et de préparation.

Le plus triste c'est qu'elle fait partie de plusieurs bands elle aussi et que je ne peux jamais voir ses shows parce que moi-même j'en fais. Il paraît que ses derniers ont été excellents. Je ne suis même en mesure de le savoir ostie ! Je ne peux même pas être là ! J'aime Gatineau et le succès que l'on remporte en ce moment me fait tripper. Mais c'est juste triste de ne pas pouvoir célébrer aussi les succès de celle que j'aime et elle de celui qu'elle aime. Les larmes me montent. Je vais arrêter ici donc.

Reviens-moi ma petite puce de crystal. Je t'attends ici à la maison...

lundi, juillet 28, 2008

Gatineau 0.2 ( cahiers 2 )

Dessin de Stupid Bird comme promis.
Ma journée de rêve d'aujourd'hui. Pour une fois que j'ai congé...
Notes prosodiques pour une nouvelle chanson peut-être.

Gatineau 0.2 ( cahiers 1 )

Je suis en procésus de création en ce moment. J'organise mes idées sous forme de notes dans un cahier dans lequel je mets les dates. Il s'agît d'une sorte de journal avec mes textes et mes dessins poches qui sont là pour illustrer les jours. C'est pas grand chose, mais c'est chouette et je veux le partager avec vous. Je veux marquer ainsi la création des textes du prochain disque comme un instant fermé. Mes vieux textes ont été écrits en plusieurs années. À partir de maintenant, il me faudra créer rapidement. J'écrirai différement aussi.

Bref, il s'agira d'une sorte de blog-photos-bédé-journal intime-cahier de création bien rudimentaire. Mais je pense que vous allé aimer. Biens ûr je ne vais pas tout mettre parce que je dois protéger certaines idées avant qu'elles en soient rendues à leur maturité.






Ceci c'est moi qui appelle ma blonde selon Iris.



Notes de voyage:

Et dire que ce devait être un Tribute à Bon Jovi qui devait jouer ce soir-là.

Grâce à l'intelligence des Gens du Trou du diable à Shawinigan, la musique émergente a triomphée.

Gatineau a joué hier soir à Shawinigan en compagnie de The National parcs et de Bombolesse.

Soirée de Ouf !

Après une prestation de classe, mais périeuse au niveau du son de la part de National Parcs. nous sommes embarqué sur scène avec au moins une heure de retard. Problème de son pour notre part également. La D.I. de l'ordinateur qui drive n'est pas branchée correctement. Ça prend vraiment plusieurs mintes avant de troubleshooter le tout. Mais heureusement puisque que la pluie tombe pendant et seulement pendant notre change over. Donc les minutes perdues nous sont rendues à la puissance mille: la pluie aura finalement tombé qu'entre les deux prestations. Nous jouons donc devant un public au sec. Ya tout le temps de quoi...de bon dans la vie.

On a donné un super bon show. Nous sommes devenus amis avec The nationnal parcs. On se connaissait tous, mais je ne sais pas pourquoi, l'éloignement peut-être,

mais on a communiés à Shawinigan.


Je parle aussi de la piscine et du jacuzzi avant le show. Quelle bonne manière de se réchauffer. Des gens sur place etc...

Il paraît qu'ils vont nous ré-inviter pour célébrer leur troisième anniversaire en décembre-janvier !

samedi, juillet 26, 2008

Laurent ! Zébulon !

Laurent Saulnier lit mon blog. Ben salut Laurent pis à dimanche soir au Shag ! Ok, je vais bitcher contre les Francos... Ben non !

Gatineau s'en va malheureusement au Trou du Diable ce soir faire un show. Je vais manquer Zébulon. Merde ! J'ai vraiment trippé sur eux jadis. Tellement que je suis allé voir plein de shows d'eux pis que j'étais là au dernier des derniers shows aux Francos il y a quelques années.

Saviez-vous qu'ils viennent de Mascouche tout juste à côté d'où je viens ? Je voyais souvent le batteur à l'époque prendre le bus avec son bébé dans les années 90...Ils sont même venus faire un in-store au magasin où je travaillais.

Snif... Je vais les manquer. Oui j'ai vu les BB hier, mais Zébulon était MON band.

jeudi, juillet 24, 2008

Rap maudit est de retour !

Bonjour à tous!Le retour de Rap Maudit après une pause de la St-Jean Baptiste.Rap Maudit 29 juilletQuai des Brumes4481 St-Denis5$ 22h


Nos invités:Razz: Dans sa conception de la psychose, le psychanlyste Jacques Lacan a isolé un élément nécessaire mais non exclusif à la mise en place d'une structure psychotique; la forclusion de la métaphore phallique. Ce fut pour lui le concept déterminant, offrant une voie de traitement aux psychotiques que Freud avait lui-même relégué aux oubliettes en raison de l'impossibilité du transfert... Défaut dans l'univers et dans le langage dont lui seul peut y remedier, impossibilité de rencontrer l'Autre en raison de l'insuffisance de ce même Langage, impossibilité pour la métaphore d'entrer dans l'inconscient...La Psycoze est effectivement Poétik et Razz s'en fait la porte-parole depuis 1999.www.myspace.com/psycozepoetik

Foblaze: Quand le lion rugit les animaux autours savent qu'ils doivent incliner leurs têtes devant sa puissance légitime....Avec une voix profonde et partciulière, Foblaze règle ses comptes avec une société qui lui a inspiré une résistance et une révolte légitime.www.myspace.com/foblaze

Dig-Box: Première moitié du duo Micro Armés, Dig-Box oeuvre en terre canadienne depuis près de dix ans et commence tranquillement à s'immiscer dans la scène hip-hop montréalaise en multipliant les spectacles à caractère sociaux. Rappeur et beatboxer, son implication est tangible, ses textes ne sont qu'un apperçu, au-delà des mots les actions sont légitimes et cohérentes.
Suyin: Deuxième moitié du duo, Suyin sait manier les mots avec une sensibilité propre à sa féminité. Avec un flow un peu plus littéraire mais des propos tout aussi engagés, elle veint compléter parfaitement l'unité formée par Micros Armés.www.myspace.com/microsarme

Blu Rum 13: Ceux qui ne connaissent pas encore Blu Rum sont passés à côté d'un rappeur majeur dans le Hip-Hop contemporain. Les plus anciens se souviendront de lui à cause du groupe BullFrog avec Kid Koala et du premier album de Dj Vadim. En faisant des recherches, les autres comprendront l'honneur qu'est pour nous de recevoir un artiste de sa trempe à Rap Maudit...www.myspace.com/blurum13

Fidèles à nos habitudes, Séba et Khyro seront également de la soirée ainsi que nos musiciens Mr. Ginger Ass à la contrebasse et Mr. Jensive Nicotine à la batterie

mercredi, juillet 23, 2008

Peter Gun

Le porte-parole de l'Union europèenne se nomme Peter Power.

Comment peux-tu te ramasser avec un nom pareil ?

Avec de telles fonctions ?

mardi, juillet 22, 2008

Sex and the....

Je suis rendu au milieu de la saison 5.

Je me pose la question: Où est la ville dans tout ça ? Où est New york ?

On ne la voit jamais. Bien sûr, ils marchent dans la rue et vont au restaurant etc... Mais on ne les voit jamais dans des endroits stratégiques, faire leur marché dans des petits marchés, allé dans un ciméa célèbre, ils ne marchent pas sur le bord de l'eau, ne vont pas au Radio city music hall. Je sais que les endroits que je nomme sont clichés. Je veux juste dire qu'on les voit toujours en plans rapprochés, le fond flou. Jamais on a droit à des plans d'ensemble. À la limite, la série pourrait être tournée n'importe où et ça ne ferait pas grand différence. On ne la voit pas vraiment cette ville. Au moins, Woody Allen nous fait visiter sa ville. Ici, on est en appartement ou on dine dans des restaurants qui semblent avoir été recréés en studio. Pourqui ne mangeraient-elles pas un sandwich devant le célèbre édifice de Mies Van Der Roes ?

On nomme la série Sex and the city. Mais cette city semble timide et se cache dans son coin.

samedi, juillet 19, 2008

Quoi faire ce soir !




Le mieux de la mort ( qui trône dans les sommets du palmarès de CISM depuis quelques semaines), les Vétérants et Milie croche se produisent ce soir à L'escogriffe. Ça va être chaud !!!!
Moi, je suis malheureusement On tour avec Gatineau à St-Alban. Snif...

jeudi, juillet 17, 2008

La honte live.

Vous connaissez l'émission de télé à TVA du dude qui parle le midi, je crois que c'est vers 11h00 ou vers 1h00. Bref, c'est autour des nouvelles. Tsé, il fait toujours des sondages, genre Jean-Luc Mongrain etc... Ce ne sont pas les nouvelles, mais il parle d'actualité, des dossiers du jour.

J'écoutais l'émission plus tôt cette année.


Le gars montre live de quoi sur une page web sur son ordi portable. Et puis out of nowhere: un pop up de page porn !

Dedans la télé.

Gatineau vers 9h45 dans ta télé au poste 2 de Radio-Canada à soir pour la émission de la télévision Bons baisers de France comme genre l`tsé là...

Gros stresse de donner cette entrevue dedans la grosse télé avec Le légendaire Marc Labrèche à côté de moé, un des mecs comiques pis les stars Simple plan à trois bancs du miens.

Plutôt, je me présente dans les loges à Marc Labrèche.

Salut ! Je suis Éric, le chanteur de Gatineau...

Labrèche: Ah ben bravo ! Je savais qu'un jour tu allais y arriver !



Oh boy ! Ça commence mal je me dis. Si il me fait ce genre de truc live, je suis fouttu. Je ne pourrai pas imporviser.

Disons que je me sentais dans la cours des grands en ostie hier soir.

PS: Moi et Patrice Bélanger on a un lien secret qui nous lie énormément même si on a rien en commun. Non! Non! C'est pas le fait qu'il vienne de Gatineau. Devinez.


Enregistrée hier, l'émission passe ce soir à 9h00.

mardi, juillet 15, 2008

Sondage: Pour ou contre ?

Êtes-vous pour le retour de Jeff Fillion ? Paraît qu'il serait à la barre d'une quotidienne dès cet automne à TQS.

Ce gars-là va-t'il survivre dans les rues de MontréaLLL seul le soir ?

Tous les détails ici !

lundi, juillet 14, 2008

Gros au j.. À Radio-Canada

Gatineau est à Bon baisers de France jeudi à 9h00 !!!

On fait une toune pis après chus obligé de répondre à ses questions. Chouette! Mais maudit que j'ai peur. C'est tellement GROS. C'pas comme faire un entrevue sur Radio Centre-ville à 3h00 am....

Le village des damnés

Nathalie Simard sur le frontpage du 7 jours.

Nathalie s'ennuie du Québec.

Si c'était juste d'elle, elle reviendrait.

Va-t'en ! Reviens ! Bouge pas, meurt pis ressucite, mais calice-nous patience !

samedi, juillet 12, 2008

L'école de l'humour

On forme (uniformise ) trop l'humour au Québec.

Pourquoi est-ce que tous les humoristes terminent leur show avec une histoire supposément ( ça l'est souvent effectivement) vrai et que la musique embarque et que l'on est ému ? Stratégie, manège, façon de faire ? Pourquoi l'humoriste commence ses shows en s'adressant vraiment au public en tentant de le déstabiliser dans ses convictions, ses croyances, ses habitudes, clichés créant des malaises ? On lui rentre dedans en lui disant que ce soir, on va parler des vrais affaires et que tout sera permis. Bonjour la thérapie anti-préjugé par le rire. C'est souvent vrai, heureusement. On passe souvent ensuite par un trip de drogue ou une référence à celle-ci pendant le show, disons au milieu. Ex: Maxime Martin, Lousi-José Houde. Autre exemple: Patrick Huard et Martin Matte ont la même amorce dans leur premiers shows respectifs. Stratégie, mise-en-scène, hasard ?

Également, on parle beaucoup de Sa blonde (ou de so nex, surtout de son ex), de son char, de son bébé si on est père, de cul hardcore. Antonine de CIBL me rappellait en entrevue il y a plusieurs semaines que le chic plus ultra maintenant était d'avoir une blonde, d'en parler, de partager sur sa vie de couple dans les médias alors qu'avant, les super stars étaient les célibataires endurcit qui baisaient une nouvelle fille tous les soirs. On y raconte non seulement ses aventures de parents, mais celle de ses parents aussi. Il faut rejoindre le plus de monde possible et toucher le plus de cible possible. Je comprends pourquoi les humoristes marchent si bien en banlieue et moins à Montréal. On y aborde des sujets de gars dans la trentaine vivant en banlieue avec sa blonde et (peut-être) un premier enfant avec qui il vont au Centre-d'achat le samedi dans leur nouveau char de l'année qu'ils ont négocié chez le concessionnaire. Aussi, ils ont toujours eu un chum un peu con et toujours Willing de faire des folies. Sans oublier la première fois qu'il ont embrassé une fille et/ou fait l'amour. Les premières fois, ça revient tellement. Ça me fait penser aux professeurs qui demandent aux étudiants à la rentrée de leur rédiger l'histoire de leur été, leur vacance. Imaginez si on avait que ça à lire ?! C'est un peu la même chose ici: Mon premier joint, la première fille que j'ai embrassée ( Louis-José-Houde), mon premier trip de mush, mon premier enfant (Maxim Martin).


C'est quoi ? On peut pas aborder d'autres sujets en dehors de ça ? Yvon parle de Juddy, mais elle au moins, on l'a connait ! Bref, c'est comme si il n'y avait qu'une sorte d'humour. Imaginez qu'en musique, il n'y ai qu'un style. On s'emmerderait grâve et rapidement. C'est complètement absurde ! Pourquoi y aurait-il que l'école Rozon ? Pourquoi ? Le rire, c'est pas juste ça il me semble. Moi, je ris comme un fou lorsque je vois un film comme C'est arrivé près de chez vous (vous aussi je crois). J'ai l'impression parfois que l'humour au Québec n'a qu'un seul poste de télé et qu'il est en noir et blanc.

Je vais perdre le fil là:

Au moins, des universités, il y en a plusieurs ce qui pluralise les modes de penser. Pourquoi ne pas fonder une autre école de l'humour ou laisser la place aux jeunes qui n'en sortent pas, mais qui ont appris d'eux même ? C'est vrai ! À quand une sorte de Scène bocale de l'humour, une sopref du drôle ou un Sherbrooklyn pour amuseurs publics qui se structurent et offrent autre chose au public que du pré-mâché, des jockes plus proches des jeunes, des marginaux ? C'est vrai. Il y a 10 ans, la musique québécoise n'avait que CKOI. Soit tu rentrais dans ce moule ou soit ta carrière battait de l'aile. Maintenant, grâce à Dare to care, Local distribution, Indica, c4, la musique locale s'est structurée, s'est donnée des ailes et vole au delà des frontières. Et ça n'a pas pris beaucoup de temps. Du talent caché, il y en a, faut juste lui donner la chance de se dévellopper, de se faire connaître. Je connais un gars qui est drôle, mais dont l'humour ne fonctionne pas avec L'école de l'humour. Et bien ils ne l'ont pas pris. Résultat: celui-ci est obligé de faire une croix sur sa carrière parce qu'en dehors de la gang à Rozon, point de salut. C'est dégeulasse !

Rozon dirige la bizness de A à Z. Il te prend à l'école, tu obtiens ton diplôme, il te met sur Ses planches et ré-empoche le cash à l'autre bout pis te récompense une fois par année au festival Juste pour rire. C'est le seul réseau possible pour nous aussi d'avoir accès à l'humour. Il n'y a pas ben ben d'outsiders au Québec. C'est comme si un professeur enseignait à un élève en sachant qu'il va recevoir une ristourne sur tous les emplois que celui-ci va faire ensuite. C'est même pas une affaire de cash. C'est pas ça qui me dérange. C'est le dénominateur humorstique dans tout ça, l'absence de points nouveaux et différents.

La capacité de faire des blagues appartient à une élite. Le drôle n'a qu'une école et qu'une banque (Rozon). Toutes les jockes sortent du même moule que l'on se passe entre-nous. Imaginez si la musique au Québec n'était que Guy Cloutier du temps de sa belle époque. On assiste un peu à ça en humour.

À quand la fin du monopole ?

P.S.

Sachez que je ne plante pas les humoristes ici. J'adore Patrick Huard, Louis-José Houde, Maxim Martin, beaucoup Martin Matte, énormément Yvon Deschamps, Paul et Paul, Guy Nantel. Je ne me pose pas de question sur le contenant, mais bel et bien sur le contenu et qui fait qu'il est rempli de ces substance (L'école de l'humour). Peut-on laissé plus de liberté aux recrus au lieu de les pousser vers des recettes éculées ?

Présentement.

Je lis: Une veuve de papier de John Irving.
J'ai déjà lu Un mariage poids moyen que j'ai trouvé excellent.



Je regarde: Un des dvds de L'intégral d'Yvon Deschamps.



J'écoute:

Rien pantoute.



Je mange:

Beaucoup de légumes cuits sur le barbecue et bois beaucoup d'eau. Je me fais des bières avec du jus de canneberges.



J'attends:

La pluie qui devrait venir cette nuit.



J'ai fais aujourd'hui:

Le tour de l'île de Montréal de Christophe-Colomb en passant par Gouin jusqu'à Senneville pour revenir sur la berge sud de la ville jusqu'au Vieux-port où je suis rentré il y a quelques minutes. Un trajet de 5 heures.

Lorsqu'on est imberbe, on ne peut pas rire dans sa barbe.

J'ai regardé le dvd du show de Guy Nantel Les vrais affaires. C'est vraiment drôle et rythmé. Il passe d'une jocke à l'autre, d'un thème à l'autre sans que l'on ne s'en rende compte. Quel tour de force. Trop souvent, la coupure entre un thème et un autre paraît tellement que ça crée des malaises. Aussi, bien des humoristes nous plongent dans un univers et nous en sortent sans crier gare, sans punch final. Je parle ici des Rousseau et plus particulièrement de Lévesques et Turcotte.

Justement, j'ai regardé un des dvds de L'intégral de Lévesques et Turcotte hier. Il s'agissait du show Sous observation. Ostie que c'est poche pis pas bon pis nul pis pas drôle pis minable pis avec trop de décors pis de technique pour rien que l'on perd les jocke pis que ça aurait pas dû se faire ce show pis que je me demande qu'est-ce qu'on y tourve de bon dans ça pis qu'ils otn que deux thèmes: la santé et le cash pis que je me demande pourquoi je me suis fais du tort à ce point en regardant ça !!!!!!!!!! Hey ! Il y a avait des shots avec le public pis tu ne le voyait même pas rire, mais tu entendais des rires en canne. Des rires en canne ostie !!!! Même pas assez drôle que sont obligés de rajouter des rires sur le dvd parce que ça aurait l'air fou. Faut-tu être pas drôle en maudit ?!!! Leurs jockes sont approximatives -et encore approximatif veut dire toucher quand même la cible, mais de loin-ce qu'ils ne font pas.

Guy Natel c'est bon pis pour un public un peu plus évolué. On croirait entendre une sorte de nouveau Yvon Deschamps. Ce sont les thèmes du grand humoristes, mais repris à la sauce moderne. Du grand art humoristique.

Bref, liuez Guy Natel et comem dirait RBO, risez.

vendredi, juillet 11, 2008

Médias médias

On enregistre à Bons baisers de France cette semaine.

Plus tard au mois d'août, on est en studio chez bande à part pour de quoi comme peut-être un show filmé ou enregistré j'sais pas.

Aux Francos, ce sera diffusé à la télé !!!!!!!


Yes! Yes! Yes !

Pas pire les photos en bas n'est-ce pas ?

photos du feq grâce à Gilidor




tout le monde parle de moé.

Pas juste de moé. De Gatineau en fait.

On a donné une entrevue suite à notre spectacle à Québec avec les gens de Radio France international.

La voici.

Si quelqu'un peut me dire comment on fait pour voir le reste des photos. On voit très bien qu'il s'agît d'un photorama, mais je suis incapable de l'activiter, de me rendre sur le site d'où elles sont issues.

Il y a ça aussi !

Pis çaaaaaa!

jeudi, juillet 10, 2008

Le plus beau métier du monde, je le fais.

C'est avec une grande joie que je reviens de Québec. Gatineau a joué avec Bonjour brumaire en première partie de Dumas qui nous avait invité tout spécialement. On l'aime beaucoup Dumas. Ses musiçiens sont très sympathique. En fait, ce sont nos amis même si pour certains, le mix entre Dumas et Gatineau peut sembler bizarre. Sachez que nous sommes dans un communauté où il n'y a aucune barrière. Nous sommes musiçiens d'abords et avant tout peu importe l'angle que notre musique aborde.

Le show était malade ! J'étais dans une forme redoutable. Je sautais en l'air tout en chantant sans m'essoufler. Le public était en délire et en grand nombre. Particularité, le public avait des macarons avec une petite lumière rouge qui flashait. C'était hallucinant et émouvant à voir de la scène. Le son était parfait. Je vais le dire: c'était une gig parfaite.

Autour du show, on a croisé les Bonjour Brumaire. Quels gang de gens sympathique. Ils ne se prennent pas la tête, sont smooth et drôle. Le chanteur avait même mis lors de leur spectacle un chandail de TuPac en l'honneur du hip hop de gatineau. Plus gentil et attentionné que ça tu meurs. Vraiment, j'ai hâte de les recroiser dans un bar et de prendre une vrai bonne bière avec eux. On sait maintenant que nous nous sommes fait de nouveaux amis dans la scène.

J'ai eu la chance, avec mon amie Mélanie, de jaser piscine avec Franz d'Indica (grimskunk). Moi et Dom on s'est baigné avec lui dans la piscine du Balmoral à Woodstock plus tôt le mois dernier. Franz est un fou de piscine. Il transporte toujours son costume de bain dans ses poches exactement comme moi et Dom. Mélanie, c'est la folle de piscine et ma meilleure amie. C'était quand même drôle d'avoir une réunion au sommet entre Gatineau et Grimskunk et de nous entendre parler de nage au lieu de weed, de musique, de la scène locale etc... C'est la dernière chose dont les gens pourraient s'attendre. Moi, ça me faisait rire. Qu'est-ce tu veux, y a pas juste la musique dans la vie !

On a fait aussi une grosse série d'entrevues non stop. On a eu une belle scéance de pose pour le magasine Longueur d'onde cet après-midi. J'ai hâte de voir ça....

Hier matin, on assistait à la conférence de presse des Francos. Vous le savez, on joue avec Desilet, Karkwa pis Malajube. Le show va être retransmis en direct à la télé. Big !

Vraiment, le plus beau métier du monde, je le fais.

mercredi, juillet 09, 2008

Il est plus facile pour un...

Je pars pour Québec dans quelques minutes.

Programme: Conférence de presse pour les Francos.

Départ vers Québec. Arrivée: entrevues, entrevues, soundcheck. entrevues, entrevues, shows.

Lendemain matin: entrevues, entrevues, entrevues, entrevues, entrevues...


Mas-tu revenir chez nous moé ? :):):)

mardi, juillet 08, 2008

À chaque vis son écrou

Vous, vous êtes du genre

Cassettes,

Disque compact,

Vynil

ou

MP3 ?

Ces derniers jours...

Des nouvelles en bref de mes derniers jours. Oui, il s'agît de journées passées en couple. Hier soir, lecture dans la cuisine en attendant le barbecue. Mais juste avant, nous sommes allés à la piscine Fullum. C'était la première fois que nous allions à la piscine ensemble. J'étais heureux comme tout.




Mon amour !Juste pour vous faire chier: voici les brochettes que nous avons mangées avant hier. Hier, c'était encore meilleur: Côtelettes de porc avec légumes variés dans du papier aluminium. On vient de recevoir un barbecue de la part des parents de Manu alors on s'en donne à coeur joie à cuisiner de nouveaux plats autour de celui-ci. Nous sommes gastronomes.

Plus bas, le mariage auquel nous avons assités samedi. par respect pour les gens, je ne mets que cette photo où on ne les voit pas vraiment. C'était mon premier mariage avec ma douce.
Dessins sur le trottoir où nous nous trouvions. Ils sont fait par les enfants présents à la cérémonie. J'ai toujours adoré ces dessins fait par des enfants sur les trottoir ou l'asphalte. Ils m'inspirent tellement. Je pense à Basquiat maintenant.


Fin de la cérémonie avec les mariés. Juste en bas, moi et ma mère. Je partage pas mal avec vous là je trouve.

vendredi, juillet 04, 2008

Si c'est bon pour moé....



Du bonbon pour vous fans de Gatineau. Voici le electric press kit du band pour vous juste icitte.

jeudi, juillet 03, 2008

Les pistes cyclables, vraiment sécuritaires ?

Sujet inhabituel chez moi ici. Mais sachez que je suis plus un cycliste que n'importe quoi dans la vie. Ça passe avant le rap genre...


Je dois emprunter plusieurs fois par semaine la piste cyclables située sur la Rachel. Quel n'est pas mon déplaisir que de me retrouver à partir de Normanville en directtion est sans piste à suivre. De Normanville à Delorimier, la piste disparaît. On se retrouve tout d'un coup sur le trottoir. On doit chercher où est passée la piste. Découragé, on continue sur le trottoir et, encore plus dangereux, face au traffic autant des vélos que des automobiles. Il nous faut zigzager sans se faire faire tuer jusqu'à delorimier. Et encore, la piste devient sens unique avec un corridor. Et comme ce sens vient de l'est, on est embêté. On doit rouler dans la rue encore quelques pieds avant de pouvoir retrouver la piste intacte aux prix de maintes tergiversations et prières.

Comment peut-on faire une piste aussi minable ? C'est vouloir tuer des cyclistes que de laissé ceci en place. La situation doit changer. Est-ce que ça va prendre un accident pour que la ville change la piste à la rende accessible intégrallement et ce, des deux côtés ?

Ce n'est pas le seul endroit d'ailleurs à souffrir. Plusieurs pistes à Montréal semblent avoir été dessinées rapidement. La ville se pète les bretelles en faisant une piste sur le Boulevard Maisonneuve, en nous disant que Montréal possède un réseau de pistes étendu et accessible etc... Mais ce réseau souffre d'incohérences.

Prenons la piste qui longe la côté sud de la ville. En roulant du West island vers le centre-ville, celle-ci disparaît encore une fois et on se retrouve plus ou moins perdu dans St-Henri avec aucune indication à savoir quand est-ce que celle-ci va réapparaître. Je me suis perdu une fois ! Une chance que j'ai eu l'intelligence de suivre un cycliste qui lui, avait l'air de savoir où se trouvait la suite.

Comment peut-on négliger à ce point un réseau pour en omettre des bouts ? C'est comme si on avait laissé des bout non-asphaltés sur la 20 et qu'on devait se perdre quelques minutes dans el bois avant de pouvoir retrouver la route. C'est juste ça.

Le résultat: J'ai la chienne de continuer à rouler parfois par peur de me perdre. Je dois user d'intelligence et de patience et souvent ralentir la cadence par insécurité. C'est juste pas cool.
Pis dangereux.

Le soleiLLL

Gatineau : francs-tireurs


Gatineau joue d’audace en ouvrant pour Dumas
David Cantin
Le Soleil
Québec

Gatineau ne passe sûrement pas inaperçu dans le paysage musical québécois. De retour d’une tournée de 14 villes en France, le quatuor rap alternatif joue d’audace en ouvrant pour Dumas au Festival d’été. Tout un défi en perspective.


Avec son mélange hybride de textes en joual et de rock décapant, on compare souvent Gatineau à une version contemporaine d’Aut’ Chose (le groupe de Lucien Francoeur). Toutefois, ces Montréalais se situent peut-être davantage quelque part entre Loco Locass (moins le côté politique) et les Beastie Boys. Une chose est certaine, des titres comme Pawnsheüp et The Christ Is Right ne laissent personne indifférent.


En entrevue téléphonique, Keük (bassiste et principal compositeur du groupe) préfère ne pas apposer d’étiquette à la musique de Gatineau. «Pour nous, ça reste un mélange de toutes sortes d’influences. Il y a le côté joual qui ressort évidemment, mais c’est beaucoup une question d’énergie. On se donne à fond en spectacle et ça joue sur le fait que les gens accrochent ou pas.» En Europe, la réaction a été plutôt positive dans l’ensemble. «Au départ, le public ne sait pas trop quoi penser. Par contre, après quelques chansons, ce n’est plus la langue qui gêne. Il y a le côté festif du projet qui rejoint un peu tout le monde. La plupart sont plutôt réceptif à la puissance du truc ».

Sur son premier album éponyme, on peut dire que la formation tente de raffiner sa formule. «On voulait que le disque soit un gros trip d’audiophile, avance Keük. Tu retrouves pas mal de densité dans la musique. Il fallait aussi conserver le côté brut et malpropre de nos spectacles. On cherche toujours à être au service des chansons. Le but n’est pas de mélanger les genres afin de créer un simple effet de surprise. Il y a un respect pour la culture hip-hop, mais dans un contexte où le rock et la pop font aussi partie intégrante de notre bagage musical.»

Lorsqu’on questionne le musicien et réalisateur sur la place que Gatineau occupe dans le contexte actuel, il prend déjà un peu de recul. «Un groupe comme Loco Locass a ouvert la porte à Gatineau. À mon avis, les Ferland, Francoeur, Plume, Desjardins, Bélanger et Boucher sont également des influences sur le plan poétique. Au fond, Gatineau suit un peu dans cette lignée.» Avec la réédition du simple L’intégralll à l’automne et d’autres dates prévues en Europe, Séba (ou MC Brutalll), Capt. Keük, Burne Macpherseünde et Dom Hamell n’ont sûrement pas dit leur dernier mot.

Photos du jour.


mercredi, juillet 02, 2008

Le dewère

Ils parlent de notre show avec Alexandre Désillet, Karkwa pis Malajube pour les francos dans el Devoir. depuis le temps que je le sais, je peux enfin vous l'annoncer même si j'en avais glissé un mot à Doudou afin qu'elle en parle à ma place sur son blog il ya un mois...

venez en grand nombre ça va être ma-la-de !!!!