mercredi, septembre 30, 2009

Autre show de Séba en solo

Je suis en show au PETIT BAR sur St-Denis, métro Sherbrooke lundi le 5 octobre prochain.


Vous aurez droit à un show intime et très poétique. Ormi une toune BrutaLLLienne, vous aurez droit qu'à du poétique inédit !


Venez donc. C'est presque gratuit.


On passe le chapeau !

La clé de voûte

J'en suis venu à cette réflexion:


Les intrigues à la Da Vince Code sont créée par leurs auteurs comme des poupées russes.


On enferme l'énigme dans la plus petite poupée et on y enferme celle-ci sous plusieurs autres plus grandes.

Ensuite, il ne nous reste qu'à trouver toutes les façons possibles de libérer chacune des poupées de l'autre qui l'emprisonne.


L'auteur commence par la fin.



Tout le monde sait ça ? Ouin ben imaginez que je veux écrire une toune dans le genre Da vinci Code, et bien ce genre de réflexion est importantes.

mardi, septembre 29, 2009

Oui, le quétaine peut tuer !

Ah oui, Claude François, c'est le chanteur ridicule dans le film de Poolvoedre !


Non ! Le ridicule, c'est Poolvoerde dans la rôle d'un ridicule sosie de Claude François !



Si le film aidé bien des gens à connaître Claude, il faut savoir que ce film nuit aussi à la mémoire de celui-ci. Les gens croient que Claude est un chanteur ridicule à cause du personnage ridicule du film. C'est à double tranchant. Le quétaine tue.

Il fait le voir dans cette scène du Chanteur malheureux dans son sous-sol de maison-témoin. Il est ri-di-cu-l-e !

Alors que cette chanson est belle. Je me sens proche de cette chanson.

Mais Claude y est ridiculisé !

J'adore ce film. Moi-même, on m'a pris au piège !

Le quétaine tue !

Poteau

J'aime cette affiche. Bérubé aussi c'est bon. J'irai pas. J'aime cette affiche tout simplement.

lundi, septembre 28, 2009

4 nobles vérités


1. La noble vérité sur la souffrance :

La naissance est souffrance, la vieillesse est souffrance, la maladie est souffrance, la mort est souffrance, être uni à ce que l’on n’aime pas est souffrance, être séparé de ce que l’on aime est souffrance, ne pas avoir ce que l’on désire est souffrance.

2. La noble vérité sur la cause de la souffrance :

C’est la soif qui entraîne une nouvelle naissance, jointe à la joie et au désir ; soif des plaisirs, soif de devenir, soif de l’éphémère.

3. La noble vérité sur la cessation de la souffrance :

C’est le dépassement de cette soif par l’anéantissement total de toute convoitise ; la laisser passer son chemin, s’en dépouiller, s’en détacher, ne lui accorder aucune demeure.

4. La noble vérité sur le chemin qui mène à la suppression de la souffrance :

C’est le chemin sacré aux huit voies ; la compréhension juste, la pensée juste, la parole juste, l’action juste, le moyen d’existence juste, l’effort juste, l’attention juste, la méditation juste.

S'il-vous-plait Lord !

- Lord, s'il-vous-plait, je t'ai jamais rien demandé dans ma vie qu'une chose: gagner à la loterie . Accorde-moi au moins cela. Je ne te demanderai plus rien par la suite. Ce n'est que ça que je demande depuis si longtemps. Rien que ça depuis mon enfance. Je ne suis pas bien difficile !


- Ok ! je veux bien te faire gagner à la loterie dude. Mais de grâce, achète au moins une fois dans ta vie un billet !

Jeunes entrepreneurs en hip hop souhaitent vous vendre leur musique.

Ostie qu'on est hot !!!

Le co'pains d'abords ! (ouin ben ils se feront pas d'ami avec moé les crisses !)

Je ne vais jamais là. Mais cet après-midi en rentrant de faire les courses, je me suis dis: Pourquoi pas un petit café au lait pour accompagner ce temps de merde ?!

Je rentre chez la pâtisserie Les co'pains d'abords sur Mont-Royal. J'ai toujours trouvé les filles superbes.

Je vois sur la pancarte en haut du comptoir: Toutes les choses consommées sur places coûteront 20% de plus.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Deux seconde après, je me retrouve au Péchés juste à côté de là et leur raconte ce que je viens de lire, ce que je viens de faire, c'est à dire que j'ai foutu mon camp de cette place de merde !


Depuis quand tu charges 20% de plus pour un croissant si il est consommé sur place ? Y a trois bancs ! Ils n'ont même pas internet !!!!

Je boycote la place.

Voyons donc ?!!!!


Viens souper chez moi, mais apporter ta nourriture !

Viens souper chez moi, j'ai besoin de quelqu'un pour faire ma vaisselle qui traînent depuis une semaine.

Non, non, ça ne me dérange pas dutout que tu sois passer dire bonjour. Mais crisse donc ton camp tout de suite pareil.

Obtenez cette brochure gratuite au coup de deux dollars !

FUCK CETTE PLACE !

T'es tout seul en crisse dans vie quand...

...tu postes des status sur facebook pis que tu te réponds toi-même une dizaine de fois !

Une petite chicane entre tes toi-mêmes tant qu'à y être ?!

J'adore Emmanuel Mouret !


Un baiser !


Changement d'adresse, extrait weird. C'est plate que ce soit que cet extrait qui soit disponnible sur Youtube parce que ça a pas rapport avec les moments savoureux de ce film excellent. Mouret excelle dans l'absurde romantique. C'est un Woody Allen français de haute voltige. J'adore !

La bonne nouvelle est qu'un nouveau film de lui sort très bientôt ! Le trailer est juste en bas:

dimanche, septembre 27, 2009

RESTE ! Reste avec moi ! Reste ne t'en vas pas !


Magnifique ! Les paroles de cette chanson me rentrent dedans. C'est tellement ÇA ! Le veston de Claude est hallucinant. Il est devenu un classique, un des plus célèbres de sa garde-robes.


J'ai cette chanson dans mon ipod depuis longtemps. Je skippais cette chanson ou n'écoutais pas vraiment les paroles jusqu'à temps que je tombe sur cette vidéo. J'ai écouté enfin ce que dit Claude. C'est tellement beau. Le crescendo de la toune avec les paroles est magnifique, tellement en phase. Les violons dans le casque d'écoute qui se met à pleurer... J'sais pas. C'est vraiment déchirant.

samedi, septembre 26, 2009

Soupe

Pourquoi est-ce que lorsque l'on a la grippe, juste de prendre une soupe chaude aux légumes nous remet sur pieds en parti ?

L'hiver passé, je perdais presque conscience, était faible etc... Puis, une soupe habitant m'a complètement remis sur pieds !


Aujourd'hui, je me suis fais une soupe du même genre. La fièvre ne tombe pas, mais je me sens mieux....


Éric

Des fleurs sur la neige

C'est le titre d'un télé-film avec Céline Dion tellement mauvais que René a dû faire brûler jusqu'à la dernière copie pour pas que ça sorte.


Tsé, dans mon dernier blog, j'ai dis n'importe quoi. Cath m'a remis à l'ordre.

Ce qui aurait pu se terminer par une chicane terrible est devenu un bel échange, une communication à bâton rompu depuis le début de l'après-midi. On s'échange de belles choses. C'est merveilleux. Je suis content.

Mort,suicide et espace médiatique (persistence et emplacement de l'oeuvre et l'artiste dans le temps).

J'ai ré-écris certain passages et rajouté quelques autres trucs suite à des commentaires de mon amie Catherine qui était amie avec Nelly et surtout parce que j'avais laissé trop de trucs en suspends pour rien et qui pouvaient passer pour de la méchanceté de ma part. Vous lirez mes commentaires en rouge en bas.


Et voilà que Nelly Arcand doit se battre pour conserver son espace médiatique dans la mort face à Pierre Falardeau. Elle doit pas être contente ben ben là d'ou elle est. Je veux dire que c'est toujours poches quand deux monuments meurent en même temps. On en oublie un des deux. Je crois que les deux méritent leur espace, leur place dans le panthéon.

Je vais dire de quoi de tellement chien que j'ose même pas l'écrire mais que je vais l'écrire quand même: Farme donc ta yeule d'abords si tu sais que tu vas parler à travers ton chapeau ? Non. Tu veux continuer ? Ben vas-y mon grand:

J'ai de la difficulté à être ému face à la mort de Nelly Arcand ! Ça m'apparaît trop comme un suicide stratégique, une entreprise médiatique de la mort. Si ce n'était pas le cas, ça le deviendra. Pour les médias en tout cas, eux qui doivent s'en frotter les mains. Regardez bien les médias plonger sur ça comme des vautours en manque de chair. Bande de crisse ! Je sais pas. J'en ai parlé avec une recherchiste de de Radio-Canada hier on était à peu près d'accords. Ça laisse une drôle d'impression. Je mêle d'autres monde à ce que j'ai à dire afin de donner le sentiment que puisse que l'on a approuvé mes dires, je dois dire vrai. Je devrais accepter de m'enfoncer seul pis laissé les autres tranquilles. On ne rigole pas face à ce genre de geste. Sauf que c'est comme si c'était trop beau, trop idéalisé pour être émouvant. C'est comme calculé. Ça ne l'est pas je sais. Comment peut-on calculer se genre de truc ? Je vais peut-être me faire des ennemis ici. Mais je cherche juste à comprendre. Si quelqu'un la connaissait bien, et bien qu'il me dise que j'ai tord et qu'il m'explique c'était quoi sa souffrance. Le livre qui s'en vient et qui parle de suicide comme un testament. C'est triste au bout. Mais ça fait comme calculé. Faut le faire en crisse. Je veux dire, elle n'a peut-être pas calculé ça, mais pour les médias, ça leurs donne de la chair autour de l'os. Ils vont tomber sur ça à bras raccourci autant que moi qui fait la même chose ici et qui est en train d'écrire des niaiseries irréfléchies sur la mort de Nelly Arcand comme un imbécile qui n'y comprends rien. T'écris un livre sur le suicide en sachant jusqu'au bout que tu vas t'enlever la vie toi-même à la fin, tout juste avant que celui-ci soit publié. Ça donne froid dans le dos. Je voudrais être triste. Mais c'est comme bizarre: le livre, le sujet, l'acte... Chose certaine, c'est que c'est tragique quand même et profondément déprimant. Faut savoir que c'est une des rares écrivaines québécoises à avoir eu du succès en France. Dommage. Maudit que c'est plate de voir une fleur écrasée sur le bitume. Je peux parler que je trouve ça poche le suicide. Moi qui est suicidaire et qui a lancé un beau message de détresse plus tôt cet été parce que je n'en pouvais plus et que je voulais mourir. Pis là, icitte, je suis dans le jugement facile. Je me fais honte ! Ai-je eu plus de force qu'elle de continuer ou justement j'ai été lâche en allant pas jusqu'au bout. Je devrais juste farmer ma yeule.

Par contre, ce que je trouve d'intéressant dans son suicide, c'est qu'enfin (Enfin ! Comment puis-je écrire enfin face au suicide ? Mais bon...) son territoire n'appartient plus qu'aux hommes. On sait que ce sont majoritairement les hommes qui se suicident au Québec. Bravo ! Y a pas juste les hommes qui se suicident, les femmes aussi maintenant ! Niaiseux ! Ostie que chus cave des fois. Comment peut-on se réjouir de ça ? Mais ce que je veux dire, c'est que si l'on regarde les artistes qui se sont donné la mort, ce sont majoritairement des hommes. Ne m'écrivez pas: Oui, mais t'as oublié Virginia Platte etc... J'oublie personne. J'en parle juste pas. C'est un blog. Pas Wikipédia.

Ce qui est triste, et je pense à L'immortalité de Kundera, c'est que l'on va se souvenir de Nelly Arcand comme Tsé la fille qui écrivait des romans de cul pis qui s'est suicidée-là là... Et c'est ça qui est dommage avec le suicide. Ça fige toute notre vie, toute notre oeuvre dans ce moment précis. Toute l'oeuvre débute et se termine par se suicide comme si la chronologie se faisait à rebours aussitôt que l'on parle d'un artiste qui s'est suicidé. Pour plusieurs, la vie de Dédé commence en mai 2000 et ensuite on remonte vers sa naissance. Même chose pour Kurt Cobain etc... Vous comprenez ? Je trouve ce dernier paragraphe pas pire par contre...

Je voulais parler aussi de Falardeau. Weird. Je lui ai rendu hommage en show avec texte il y a 2 jours !
On a dit de Bourgeault, lorsqu'il est mort, que c'était le dernier des grands, mais c'était sans compter Falardeau. Il reste peu de ces gens qui tenaient le flambeau de la souveraineté comme il l'a fait. Ils s'en vont peu à peu. Oui, il en reste bien quelques-uns, plusieurs, mais peu d'artistes sur la place médiatique pour en parler, faire bouger les choses avec des oeuvres choques. Le discours de la cause est de moins en présent dans l'art contemporain. Oui, il y a les Loco locass, mais peu à part eux à être vraiment sur la sellette.


Ce qui fait chier avec ça, ces morts, c'est que ce sont une partie de nos voix qui disparaissent. Faladreau a fait beaucoup pour la reconnaissance du Québec, mais même Nelly Arcand, sans avoir une plume nationaliste à quand même fait beaucoup en se faisant connaître à l'étranger.
Dommage. Le Québec va s'ennuyer de vous.

Adieux les grands !


Je viens de relire ça après l'avoir publié il y a deux heures. Ostie que je parle à travers mon chapeau moé des fois. Ostie que je dis des énormités icitte ! C'est n'importe quoi par bout: C'est calculé ! C'est calculé ! Voyons donc ?!!! Pourquoi est-ce que j'écris ça ? Sous le principe de réfléchir, je dis n'importe quoi..

Bernard, un ami qui vous veut du bien.

J'aime Bernard Adamus.

C'est une des rares personnes à me respecter dans mes choix de vie et dans mes changements au coeur des tempêtes sur une mer d'alcool dans les bars...


Y a quelque chose de beau dans lui. Je l'aime. J'sais pas. Il me fait du bien.


C'est un cool dude.


Pis regardez ben ses affaires décoller dans quelques semaines. Vous allez même pas croire à ça...

vendredi, septembre 25, 2009

Nelly Arcand est morte ? !

Hein ?!!!

Bienvenue dans l'immortel petite !

Séba live au Divan Orange bientôt sur 4 pistes !


Ben oui, le show d'hier, je l'ai enregistré avec mon tape cassettes. C'est tellement old school que l'enregistrement est mono... comme les premiers hits de Claude !

Prends pas de sac de plastique, sauve un arbre, sauve la planète

Pour économiser de l,argent, évitons d'adapter au cinéma les livres. C'est toujours moins bon. Alors, aussi bien ne pas perdre tous notre temps. De plus, ça va peut-être garder le goût des gens pour la lecture. Pourquoi lire le livre, le film sortira l'an prochain.

La loi du moindre effort. La loi de l'effort inutile d'en faire un film.


C'est comme les bâtons de colle chez Dollorama. Ils ne collent pas ! Alors pourquoi s'évertuer à fabriquer quelque chose qui ne fonctionne pas ?!!!


Prends pas de sac de plastique, sauve un arbre, sauve la planète.

jeudi, septembre 24, 2009

Le seul de pas saoûl dans la place ?

25 septembre:

Jeremi Mourand
Séba
Urbain DesBois
Bernard Adamus


Live au Quai des Brumes


Tabarnak de show de fou !


C'est vraiment un show ou tout le monde va finir ben saoûl. Tout le monde du cheval blanc risquent de monter la côte jusqu'au Quai.


Pourquoi je bois pu moé ? Je me serais ramasser la face solide moé là !


J'ai hâte !!!!!

Pourquoi est-ce je continue à habiter à Montréal moé crisse ?


Dans la foulée de la rentrée automnale, le Coup de grâce musical de Saint-Prime, un festival de musique flambant neuf prendra place du 9 au 11 octobre dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il s'agit d'une initiative de la municipalité de Saint-Prime en collaboration avec C4, un label indépendant basé à Montréal qui travaille déjà avec plusieurs artistes de la région.


L'idée de développer un événement culturel durable dans un endroit qui possède beaucoup d'âme est venue, en grande partie, de la programmation de qualité du Vieux Couvent de Saint-Prime. Ce lieu de diffusion, en opération depuis 2001, se veut maintenant une salle incontournable pour les artistes de l'émergence musicale québécoise. Comme le dit l'adage : « Une tournée n'est pas complète si l'on ne passe pas par la salle à Noël! » Saint-Prime a la cote et le temps est venu d'y fêter la musique durant le congé annuel de l'Action de grâce.

En cette première édition, une programmation béton donnera le ton du Coup de grâce musicale de Saint-Prime. Une série de six concerts en trois soirs dans deux lieux de diffusions feront courir les festivaliers. Les ambitions sont grandes pour le futur, mais les fondateurs préfèrent y aller d'une programmation réduite et intense afin de marquer cette première édition au fer rouge et faire rêver les festivaliers jusqu'à sa prochaine mouture!

En toute logique, notre parrain pour cette première édition ne pouvait être nul autre que FRED FORTIN, un Jeannois de souche qui a su tailler sa place dans le rock québécois. C'est avec fierté qu'il a accepté ce rôle et qu'il nous offre le lancement de son nouvel album Plastrer la lune en guise de cérémonie d'ouverture, le vendredi 9 octobre 2009 à compter de 18 h 30 au Vieux Couvent. Après ce lancement, les DALES HAWERCHUK, autre produit du terroir, vous convieront à un concert incendiaire à l'Hôtel Saint-Prime sur le coup de minuit. Le samedi 10 octobre à 21 h, les festivités reprendront de plus belle avec une soirée de haute voltige au Vieux Couvent où, tour à tour, les formations DUCHESS SAYS et KARKWA auront le mandat de battre la mesure en plein cœur de cette première édition. Les festivaliers sortiront de cette soirée bien réchauffés pour se rendre ensuite, à pied, à l'Hôtel Saint-Prime où le duo stoner-rock BAND DE GARAGE performera de minuit à 1 h du matin. Nous sommes fiers d'annoncer que les deux spectacles de clôtures qui prendront place le dimanche 11 octobre ont été confiés à nul autre que VINCENT VALLIÈRES à 20h30 au Vieux Couvent et MALAJUBE à 23h00 à l'Hôtel Saint-Prime.

Ce festival n'aurait pu voir le jour sans l'appui de partenaires locaux qui, dès les premiers échos de ce projet, nous ont confirmé l'intérêt de mettre la main à la pâte afin de démarrer un nouvel événement musical durable au sein de la patrie Saint-Primoise. En août dernier, la municipalité de Saint-Prime, par l'entremise du maire Bernard Généreux et de ses alliés, donnait l'aval au projet. Comme l'idéologie de base est de mettre en valeur les commerçants et produits du terroir de Saint-Prime, nous avons greffé au Coup de grâce musical des partenaires de qualité tels le Vieux Couvent de Saint-Prime, l'Hôtel Saint-Prime, La Caisse populaire Desjardins de Saint-Prime, l'Échappée Bleue, la Fromagerie Perron, le Potager fleuri, Pelchat auto caravan, l'épicier Intermaché de Saint-Prime et la Boucherie Perron. C'est avec frénésie que nous anticipons cette première édition qui saura marquer l'espace musical québécois au sein de l'une des plus belles villes du Lac Saint-Jean.

Nous vous attendons les 9-10 et 11 octobre prochain à Saint-Prime afin d'y donner le premier Coup de grâce de ce jeune festival et d'ici là, nous vous invitons à acheter vos billets ou votre passeport (quantité limitée à 30) dès maintenant à l'Intermarché de Saint-Prime afin de vous assurer une place à l'un ou l'autre des concerts. Pour les réservations, vous pourrez téléphoner à la municipalité de Saint Prime pour ce faire, au numéro (418) 251-2116. Vous devrez cependant prendre possession de tous les billets que vous réservez et les payer en argent comptant au plus tard le jeudi 8 octobre à 16 h (journée précédant l'ouverture) au bureau de la municipalité de Saint-Prime (599, rue Principale).



L'affaire dans le fond c'est que...

j'y comprends rien à Twitter.
Les étoiles, qui cocher etc... J'y comprends rien... Répondre à quelqu'un, j'sais pas....

Ça sert vraiment à de quoi d'être sur twitter ?

Aidez-moi !

mercredi, septembre 23, 2009

Le Questionnaire de Mc BrutaLLL 1.0

J'avais publié ça ici il y a quelques mois et l'avais retiré. Je trouvais que ça parlait trop de cul pour rien. Je le publie encore une fois sauf que je le ferais en morceaux, pas tout au complet à la fois. C'est un peu en réponse au questionnaire Bang! Bang! J'ai répondu au dit questionnaire sauf que je me disais que ce n'était pas le genre de chose que je voulais savoir d'un artiste, de quelqu'un. Mon questionnaire est pas meilleur, mais c'est le miens. Je fais attention à ce que je dis parce que je me fais des ennemis facilement ici. J'ai pensé aussi, en l'écrivant, au questionnaire de Proust dont j'ai lu les réponses de Bashung et il y a longtemps, celles de Gainsbourg. Je vais publier le reste tranquillement et comme j'ai toujours cette pulsion de créer, en inventer d'autres. Ça va occuper mon esprit encore une fois. Maudit que je m'en mets sur les épaules !


Premier livre lu ?

Dernière chanson à écouter avant de mourrir ?

La chose la plus bizarre à laquelle vous avez pensé en faisant l'amour ?

Jusqu'ou êtes-vous allé contre votre grés afin de faire plaisir à l'autre ?

Avez-vous déjà prétendu être gay ou lesbienne afin de repousser une personne indésirable qui insistait trop ?

Enfant, aimiez-vous plus votre père ou votre mère ?

Qui se cache sous le costume du bonhomme Carnaval ?

Végétarien ou carnivore ?

Ce que vous mangez le plus souvent quand vous êtes seul ?

Ce que vous mangez le plus souvent quand vous invitez à manger ou allez au restaurant ?

De la truite pour diner ? !

La pièce que l'on joue en ce moment à L'espace GO est remarquable. Équilibre parfaite. Humour et drame. Les comédiennes sont excellentes du début à la fin. Le message est grave, triste et tragique. Mais le tout est fait dans l'humour.


25 août 1910. Quatre femmes amérindiennes ont vingt-quatre heures pour préparer un banquet monstrueusement, écœuramment, l’eau-à-la-bouchement, papille-gustativement extraordinaire en l’honneur de Sir Wilfrid Laurier, Grand Kahoona du Canada. Tout doit être parfait pour les 2 000 convives : les tartes au saskatoon d’Isabel Thompson, le castor farci d’Annabelle Okanagan, les nappes de mousseline blanche de Délila Rose Johnson et la truite géante d’Ernestine Shuswap. Le temps file à vive allure et la tâche est colossale. D’autant plus grande qu’à la surprise de toutes de nouvelles barrières sont élevées sur le territoire. Désormais, impossible de cueillir les baies, de chasser dans les bois et de pêcher dans le fleuve. Pourront-elles accomplir l’impossible?

Tomson Highway est un grand ! C'est lui qui était le porte parole d'un des derniers FVA.

La scénographie et HA-LU-Ci-NAN-TE !

Vous savez que l'on symbolise le théâtre par deux masques, l'un qui rit, l'un qui pleure. Et bien ici on parle d'un équilibre parfait. Du grand théâtre. Bravo !


Description:
Une truite pour Ernestine Sheswap.



Extrait.

mardi, septembre 22, 2009

Être artiste, c'est être con.

Je pense à ça depuis des années.

Dire que je pourrais avoir la tranquillité d'esprit. Juste travailler 5 jours semaine comme je le fais depuis des années et sans plus. Regarder des films le soir et me coucher ensuite. Pas tenter d'être un artiste. Juste chiller un peu sans sentir toujours cet ostie de besoin d'écrire !

Ben NON !


Le cave, il faut qu'il se casse la tête à trouver des mots à mettre sur des beats, des concepts, des idées, un flow de fou. Le cave, L'Artiste, il faut qu'il passe ses journées entre ses occupations alimentaires à traquer le mot, la jocke, l'action, la situation pouvant lui servir à l'élaboration d'une chanson. L'Homme au dessus des hommes, selon lui, (il paraît que l'on devient artiste pour se rapprocher de Dieu) écoute un film, lis un livre, s'émeut sur une chanson tout en se disant qu'il pourrait peut-être les adapter, en faire de quoi afin que ce passe-temps ne se perde inutilement. Bref, il ne peut pas se divertir comme tout le monde. Il doit penser à la prochaine ligne à écrire. Ne jamais perdre son temps à ne pas créer ! Le plaisir pour le plaisir n'existe pas dans la tête de ce genre d'homme. L'artiste reste sans cesse à l'affut de l'épiphanie tapis derrière son art, parmi la foule.Il guète. Il surveille. Il attend. TOUT doit servir. Quelque chose doit bien finir par surgir de tout ce chaos un jour ! Il guète. Il surveille. Il attend. Il guète. Il surveille. Il attend. TOUT doit bien servir.


SON ART DEVIENT UN ÉNORME SCRAPBOOK DANS LEQUEL IL COLLE LES PLUS BELLES IMAGES QU'IL AURA TROUVÉES DANS LA VIE.

Cette vie qui est ailleurs et de laquelle il s'exclue afin de créer pour pouvoir mieux y retourner un jour.


Il pourrait tout simplement se détendre et ne rien faire. Quelle prétention que d'avoir la prétention de croire que son regard sur la vie vaut d'en faire une oeuvre. Oui, il pourrait se détendre et faire taire les voix qui lui crient de continuer. Ces voix qui compartimentent sans cesse sa vie et qui placent dans un dossier en particulier certaines choses tout juste vécues et les autres dans un autre dossier. Il y a les bandes-dessinées et les raps. Il y a les chansons d'amour et les chants de la résistance. Il y a ceux qu'il veut partager et ceux qu'il aime mieux garder pour lui. Il y a le blog, un scénario. Il y a toujours quelque chose à accomplir à partir de la matière que nous fournie l'existence.

Il pourrait passer sa vie en passant à travers sans faire de bruit. Il le pourrait, mais ne le peu pas.


Toujours cette voix qui lui dicte de cueillir les roses de la vie et d'en faire des bouquets.
Couplet 1
*
C'tait sûr, on l'savait, c'tait certains.
C'était écrit dans l'cièl, c'tait certains.
C'tait pour arriver, c'tait certains.
Pour pas le voir, fallait être crétain.

Bon, ça sera peut-être le refrain. Je ne vous dis pas c'est quoi le sujet. Disons que ce sera drôle, tragique et terriblement québécois tout en étant une histoire inspirée de ma famille. Ça en fait des truc !

La mort en filigrane

Je viens de poster ça sur Facebook.


C'est débile de poster sans cesse ce que l'on pense ici. Se bat-on contre notre peur de la mort à tenter de donner un sens à des gestes encore plus petits que ceux du quotidien, en livrant sans cesse à tous et à tout vent, une penser furtive et futile comme celles que l'on partage ici à tout les jours ?

Que voulons-nous fuir aiainsi ?



lundi, septembre 21, 2009

daydreamer

Il est mort moins de 24 heures après ça. Il est en Suisse.


Je vais arrêté de vous écoeurer avec lui. Ça a pas d'allure.
On est en plein milieu de la nuit, je lis une bio de lui, il y en a plein sur ma table, je me passe tout mes nouveaux vinyles de lui et je me fais des commandes de clip sur Youtube. Je vais me faire interner bientôt si ça continue. C'est juste trop. Je me questionne à savoir s'il y a autre chose que Cloclo dans la vie et si je ne suis pas en train de devenir fou. Heureusement que je vois ma psy mercredi matin. On va en parler. Elle va peut-être me suggérer un peu de Polnareff pour me guérir. J'ai la chance d'avoir pour ami un gars aussi malade de Polnareff que moi je le suis de Claude. On échangera nos costumes....

Je vais essayé de changer de sujet un peu.

Mais je vois ce blog comme mon journal intime un peu. Mon scrapbook vidéo aussi. Quand je poste des clips, c'est souvent pour moi-même, pour les garder, les avoir sans devoir les chercher.
Vous n'êtes pas obligez de tout regarder. Je me parle tout seul dans ces cas là...

Tu veux-tu qu'on se voit ?

Jeudi soir, je fais de nouveaux textes dans mon projet solo.
Vendredi, je fais de nouveaux texte dans mon projet solo.
Samedi, je...
Dimanche,...
Le lundi au soleil !


Jeudi 22h00 DIVAN ORANGE
Vendredi 22h00 QUAI DES BRUMES

De nouvelles acquisitions



Je suis rentré un magasin de disques. J'suis descendu en bas. J'ai sorti des backs TOUS les vinyles de Claude François et je suis parti avec. Fuck le prix ! Demain, je vais faire la même choooossse ailleurs. Chaque jour sera la même choossse !

J'ai tellement l'impression de redécouvrir toutes ces chansons que j'écoute en MP3 depuis des mois. Soudainement, elles ont de la profondeur, de la puissance, de l'attaque. On s'entends-tu que je suis un amateur de vinyles ? Sauf que cette fois-ci la passion pour Claude a commencée par quelques mp3 tombées dans mon ipod. Mais là, je découvre toute la puissance des ses chansons. Habituellement, on attend avec impatience la sortie en compacte de vieux enregistrements. Mais ici, même les 45 tours que j'ai sortis en 1962 sonnent mieux que les mp3. Vous allez me dire c'est évident. Mais pas tant que ça justement. C'est magnifique !


En haut, un sleeve face de NOUS.


Ah oui ! Il y a le tiens Catherine dans ma collection maintenant.

Karnival

Poirier revient à la charge et frappe fort le 3 octobre prochain au Club soda.

Surveillez ça !

Party time ! Bounce le gros !

dimanche, septembre 20, 2009

oXXXmo




Je me souviens de cet amour, de cette réponse de la part du public, de cette énergie rose envoyée à chaque minute de part et d'autre, de lui et de nous lors de son dernier passage aux Francofolies.

C'était magnifique !


Maintenant, posez votre oreille contre la porte et écoutez la symphonie de l'enfant seul.

samedi, septembre 19, 2009

Quand un bateau passe

Quand un bateau passe
quand un train siffle
quand un avion s'envole dans le ciel
moi j'imagine tous ces départs
tous ces gens qui doivent partir
qui se séparent
qui se déchirent

Quand un bateau passe
quand un train siffle
quand un avion s'envole dans le ciel
moi je revois ce matin triste
où en partant tu disais
l'été prochain je reviendrai

Et depuis ce jour sous le soleil brûlant
lamentablement moi je t'attends
trois été déjà sont revenus
je suis là comme je t'avais promis
mais où es-tu ?
mais où es-tu ?
mais où es-tu...?

Quand un bateau passe
quand un train siffle
quand un avion s'envole dans le ciel
amèrement moi je me dis
que si ils n'existaient pas
peut-être alors
serais-tu là

Quand un bateau passe
quand un train siffle
quand un avion s'envole dans le ciel
j'espère encore
j'espère toujours
que bateaux, trains et avions
qui t'emmenaient
te ramèneront

Claude François, c'est comme du Led Zeppelin !

Je viens de lire qu'en studio, sur une de mes chansons préférées de Claude, MAIS QUAND LE MATIN, c'est....c'est Jimmy Page pis John Paul Jones qui jouent !!!! Ostie !!! Ostie !!!!


vendredi, septembre 18, 2009

Fuck man !

C'est rendu qu'il faut toujours que je me justifie d'être Straight Edge ! C'est n'importe quoi !

Hein, maudit menteur, pas de drogue !
Hein, pas de cul ?!! Voyons donc !


Ben oui, pas de cul ! Pis ?!


C'est pas si essentiel que ça calice dans vie !

Les galères que j'ai eu juste pour un peu de cul ! Non merci !


Pis ça, c'est dit par du monde complètement saoûl en train de tomber en bas de leur chaise au Cheval tellement ils sont décalicé !



Je demandes-tu au monde de se justifier quand je les vois sortir du Mac Do parce que moi, j'observe le régime Montignac ?

Je devrais peut-être ! Ben non, c'est normal. On dit rien.


Je demandes-tu au monde de se justifier d'être tellement saoûl pis de vomir partout à la porte d'un bar parce que MOI, je ne bois pas ?

NON! Je les respecte quand même. Mais c'est tellement cool pis accepeté socialement d'être décalicé !


Je demandes-tu au monde de pas fumer en ma Sacro-sainte personne compagnie ?

Non ! je les respecte pis les laisse fumer en paix.

Je chies-tu sur le monde qui ont des relations de couples compliquées parce qu'ils ont choisis de fourrer de tous les bords ?

NON! C'est leur choix.

LE MONDE EST FUCKÉ PIS ÇA C'EST NORMAL !!

Pourquoi est-ce que je me fais chier dessus pis que je dois me justifier parce que je préfère éviter d'avoir des relations sexuelles et des relations amoureuses pour concentrer mon temps à mon art ?!!!
Pourquoi dois-je me faire chier dessus parce que je bois pas ?
Pourquoi est-ce que je me fais traiter de noms ou regarder de travers parce que je fume ou que je me suis fais deux barres sur chacune de mes mains au lieu de deux barres dins toilettes du Cheval ?

Pourquoi ? !

Dois-je me sentir coupable d'avoir un mode de vie face à du monde décalicé comme c'est pas possible ? Qu'ils me fouttent la paix !


Pourquoi quand je dis que je fais attention à mon poids en observant le plus possible la méthode Montignac depuis des mois, y a toujours une conne qui fait de l'embonpoint parce qu'elle se tient à la Belle province qui me dit de faire ben attention pis que c'est dangereux et que je dois manger toutes mes vitamines ?! T'as yeule ! T'as encore de la sauce à poutine sur le bord de la yeule tabarnak !

Pourquoi est-ce que les fuckés de ce monde n'ont pas à se justifier pis que quand quelqu'un décide d'avoir un mode de vie, des principes et qu'il les observes sans défaillir, il doit s'excuser et se justifier.

Mangez-donc de la marde ! Non, mais c'est vrai.


Chus pas vraiment fâché. Vous comprenez !

Boire, c'est SI important que ça !
Se geler, c'est pas SI important que ça !
Fourrer, c'est pas SI important que ça !

C'est pas grave. Si c'est parce que ça vous inquiète, dites-vous que je me porte vraiment mieux depuis...


On s'entends-tu que chus pas un ange ? Chus fucké en tabarnak ! Mais j'essaye de vivre mieux et d'observer des principes pour MOI. J'Écoeure pas le monde avec ça. Je le fais pour moé. Arrêté de m'énerver merde !

Buvez, fumez, fourrez, mais de grâce, laissez-moé non-faire ce que je veux !


Moi, je me trouve ben plus dedans, ben plus sympathique depuis...


Je comprends juste pas les insultes qui me pleuvent dessus face à ça. C'est fatiguant à la fin. Je pourrais rentrer dans le monde, dans un bar pis dire au monde, vous avez pas honte d'être saoûl ?

J'arrive à comprendre la hard line parfois. Oups. C'est bad ce que je dis....



J'aime pas ça écrire des affaires comme ça icitte parce qu'après j'ai l'air de me prendre pour un autre. Mais merde, je fais juste mon petit bout de chemin dans la vie et je reste focus pour moé. Je suis un adulte et je sais tout seul ce qui est bien pour moi et je sais que je suis vraiment dans le bon chemin.

De la drogue !




J'ai pas mal plus de trucs, mais des MP3, ça se photographie bien mal !

mercredi, septembre 16, 2009

Bon

J'ai comme perdu la pèche.

J'ai pas ben ben le goût d'écrire. J'avais deux jours pour m'y mettre et le coeur n'y était pas. J'ai arrangé la maison et ai rien fais su mon divan.

Ça fait deux mois que je suis en feu. Ça commence à faire un peu. Et puis je réalise que le mieux pour moi est vraiment d'allé écrire dans un café.


Pis dans ma tête et mon coeur c'est pas l'enthousiasme. J'ai plutôt le goût de me faire des soupes, de regarder des films. J'sais pas.


L'ostie d'angoisse fait surface. Je me suis réveillé cette nuit... comme hier.



Je sens encore beaucoup de perte autour de moi. Je vois...Je vois rien ! Je tente de visualiser et toutes mes issues sont bloquées. Tout est morne. J'ai besoin d'un petit coup de pouce pour me sentir mieux.

mardi, septembre 15, 2009

Claude et Claude


Croyez-le ou non, le premier succès de Claude François est aussi un des premiers, si ce n'est pas le premier, film de Claude Lelouch ! Et oui le clip de Belles ! Belles ! Belles ! est l'oeuvre du célèbre réalisateur.

Non, non, chus pas Annie Lennox !


Me semble toé...

lundi, septembre 14, 2009

Mon premier sleeve face



Si c'est flou, c'est qu'il ventait beaucoup sur la beach !

Le gars des vues (Le code a changé)

Viens de voir ce film.

J'y suis allé seul comme un con. J'arrivais pas à écrire. J'avais fais le ménage, ma aisselle et mon lavage, était assis à ma table de travail avec mes textes devant moi. Je me suis levé et suis allé au cinéma Beaubien. C'est un beau film.

Mais j'ai pas pu m'empêcher d'avoir le coeur gros pendant la projection. Je m'ennuie de mon couple. Nous avions l'habitude d'allé au cinéma ensemble les lundis soirs. Les dimanches, c'étaient les soupers-films à la maison.

J'sais pas... J'suis triste quand même ce soir. C'est la première fois que je vais au cinéma seul depuis que je ne suis plus avec mon ex. Je me suis senti imbécile. Au moins, j'ai payé l'entrée à une fille qui allait voir le même film que moi. Mon laissé-passer est double et je trouvais ça nul de perdre cette place. Je me sens seul et en même temps c'est ça que je veux. Mais dans le film, il y avait ces couples de professionnels qui sont ensemble depuis des années, qui ont des enfants, des maisons, qui ont bâti de quoi ensemble. Je veux être seul et en même temps j'aspire à construire de quoi à nouveau. Mais je dois laissé le temps passer un peu.

Et puis merde !


J'ai le coeur gros ce soir pis je me sens tout seul dans mon appart. Mais en même temps, si le téléphone sonnait et que c'était quelqu'un pour venir me visiter, j'aimerais mieux être seul.

Je croyais tenir ça, un couple. Tout est foutu !

Les amours perdus ne se retrouvent plus.

dimanche, septembre 13, 2009

Straight Edge tout seul.

C'est un peu difficile d'être seul de ma race en tant que Straight edge.

J'ai pas de difficulté à ne pas consommer. Non. C'est juste qu'il n'y a pas ben ben de lieu de rencontre, de scène Straight edge en ville. J'aimerais bien rencontrer des gens qui partagent ce même goût de vivre. C'est mal dit ce que je veux dire je sais. J'aimerais échanger, me trouver certains amis Straight edge parfois. J'aimerais faire parti d'une communauté genre.

J'ai fais du meeting autrefois dans une autre vie. Ça ne me tentait pas ben ben lorsque j'ai arrêté dernièrement de me rendre dans ces endroits. Je voulais me prouver que je pouvais le faire seul. J'arrive à deux mois d'abstinence sans l'aide de personne d'autre. Seulement mes x sur les mains m'aident et une colonne de fer que je ne sais pas ou je l'ai trouvée. Je comprends pas d'ou me vient cette force.

Bref, je veux faire durer tout ça encore et m'enfoncer encore plus dans ce mode de vie.

J'irai faire du metting cette semaine. J'ai le goût maintenant. Mais comme j'irai chercher mon porte clef du nouveau, ça va être weird de demander si je peux prendre celui de 2 mois aussi ! Ah!Ah!Ah! Je ne sais pas si ça se fait ?

Je ne me sens pas en détresse, mais j'ai le goût d'une sangha en quelque sorte. J'ai le goût de partager mon temps entre mon travail, ma musique, le cinéma et le théâtre et les meetings et la méditation. Je vois que je suis heureux ainsi et que cette vie me convient parfaitement. Aussi bien m'y enfoncer encore plus.

Depuis tout ce temps

J'ai réalisé que le 24 septembre prochain, ça fera 3 ans que je tiens la barre de ce blog. Merde !

Je voyais que j'écrivais des trucs un peu plus sage dernièrement. J'avais envi de voir ou j'en était au début de ce blog mentalement. Puis je réalise que c'est en quelque sorte mon journal intime.

J'ai le goût de retourner lire un peu. J'ai jamais fais ça. Peut-être que je ne serai pas capable ?


donc: 24 septembre prochain: fête et feux d'artifice !

Aube

Chacun à la droit d'accepter dans sa vie ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas. Savoir refuser certaines choses, savoir ce que l'on ne veut pas, pouvoir les identifier, c'est un signe de maturité. Et se respecter, se faire respecter dans tout ça, c'est encore un signe de maturité, de sagesse et d'expérience.

Il y a des chemins dans lesquels je désire ne plus marcher à nouveau alors qu'avant j'allais au grès du vent.


Il y a de ces gens qui acceptent tout ce que la vie leur offre. Pour ma part, j'en refuse le plus possible afin d'allé droit au but à l'essentiel. C'est l'urgence de vivre qui me dicte cette ligne de conduite. J'ai de moins en moins de temps. Je dois me concentrer. C'est que j'ai tout simplement perdu trop de temps. Je sens que je dois bosser davantage et plus rapidement. Je suis à l'heure des choix: faire plaisir aux autres comme je l'ai fais toute ma vie ou me choisir, me respecter et faire avancer mes projets, faire ce que je veux. C'est certains que je ne plais pas à tous, mais moi je m'aime bien dans tout ça. Je sais ce que je veux et je reste constant dans mes objectifs. J'ai le courage de vivre mes opinions et de ne pas les lâcher.

Si je n'en étais pas là, hier j'aurais changé le titre d'une chanson auquel je tiens, bu du vin et de la bière, pour ne pas froisser certaines gens lors d'un vernissage. Si les gens vont dans la vie tout croche, ben on est pas obligé de les suivre et de se perdre avec eux. Ça a l'air simple pis tellement convenu ce que j'écris, mais pour moi c'est nouveau se respect envers moi que je pratique.

Avant, je voulais tellement être aimé que je pilais sur mon orgueil pour faire plaisir aux autres. Maintenant, je refuse de faire plaisir aux autres si je ne me fais pas plaisir dans ça d'abord et avant tout. Le refus, le non, font parti de mon quotidien. Ça dérange ? Et bien moins je ne suis plus intéressé à me mettre une laisse et à la mettre entre les mains de quelqu'un. Je sais suffisamment ce que je ne veux pas désormais dans mon existence pour ne plus faire ça. J'ai l'air bête ?

Je ne laisse plus, pour les gens, les portes toutes grandes ouvertes. Non. On doit sonner. Je viens voir par la lunette et décide si je laisse entrer ou non. C'est MON choix à MOI.

Je ne suis pas sauvage. Je sais juste et sais facilement, rapidement, identifier ce que je ne veux plus vivre.


Pourtant, je suis ouvert aux expériences, à la vie. Je suis un fonceur. Mais je choisi mes cibles désormais, décide sur quel fréquence je règle la réception des manifestations positives de l'univers devant me tomber dessus.

C'est pas un style que je veux me donner. C'est juste l'expérience, la putain d'expérience qui me fait vivre ainsi maintenant. J'ai réalisé ce qui n'allait pas dans ma vie, ce qui n'avait pas marché et j'ai fais en sorte de ne plus vivre ça. L'alcool, la drogue et les femmes m'ont empêché d'atteindre mes buts ? Exit ! Je vais pas boire, me geler pis sortir avec toutes les filles qui veulent sortir avec moi pour faire plaisir au monde ! Mais ça a l'air tellement difficile à comprendre ça pour les gens autour de moi. J'ai le droit de me prendre en main, de vivre selon mes principes. je fais pas mon Dieu icitte, chus aussi fucké que n'importe qui dans le fond, mais on dirait que les gens ont tellement pas de principe pis de colonne que dès que quelqu'un fait des choix qu'il respecte à plus ou moins long terme, il est taxé d'extrémisme, on ne le croit pas et/ou il semble un illuminé. Pardon pour la dernière phrase à la structure compliquée. Crisse je veux pas boire, je veux pas me droguer ni avoir de femmes dans ma vie jusqu'au mois de février prochain. C'est mon choix ! J'ai au moins 30 chansons à composer, ma vie à remettre en selle, du travail à faire, des sessions de studio, des thérapies sur justement comment je mène mes relations avant de me remettre en couple.

Pis c'est quoi aussi cette société qui fonde le bonheur sur la perte de soi dans l'autre ? La solitude est source de malheur ? On doit absolument rentrer dans le moule: couple, enfant, maison et chien pour vivre heureux ? On est plus en 1955 merde !

Oui, j'aimerais bien vivre ça quand même. Mais pas pour le moment.

J'ai pas le temps. J'ai pas le temps. J'ai pas le temps. J'ai pas le temps.


Pardon d'être sauvage comme ça....

samedi, septembre 12, 2009

Résidence

Je ne m'étends pas sur nos sessions à la Macu puisqu'elles ne sont pas comme je le croyais qu'elles seraient. Tout se passe bien. Inquiétez-vous pas. C'est juste que notre rythme de travail est très lent. Y a pas de tounes qui en sortent beaucoup pour le moment. On travaille sur les détails. On peut gosser 4 heures à trouver juste la vitesse d'une beat !!!!


Puis j'ai promis l'exclusivité des témoignages de ces sessions sur Bande à part la semaine prochaine.

Mais anyway, j'ai comme rien à dire ben ben... C'est bizarre hein ?!! Ça se passe oui ! Mais tellement lentement alors qu'il y a deux semaines, on a chié 10 tounes en 6 jours, là, c'est lent.


C'est juste cool aussi de pouvoir travailler selon plusieurs rythmes différents...


Allez !

Dernière journée demain !

Laisse une chance à notre amour !

vendredi, septembre 11, 2009

Quand un bateau passe


La version 45 tours est tellement belle. Quand Claude se met à chanter plus haut: Et depuis ce jour...Ça donne des frissons.

Je capote sur Claude. Il est présent en moi chaque jour, chaque minute. Ses chansons me touchent de plus en plus. C'est mon ami. Il m'accompagne. Je lis Podium et je réalise et comprends tout ce que le personnage Bernard Frédérique veut dire quand il dit : Claude est en moi, Claude m'a parlé. Le problème est que je ne le trouve pas drôle Claude François ! Je le prends au pied de la lettre. Couscous dit dans le livre que chaque moment de Claude est présent dans ses chansons, que si tu mets ses chansons une à l'arrière de l'autre, tu peux composer sa biographie. Je le sens. J'ai pas eu besoin de Couscous pour le réaliser. À force d'écouter St-Claude, on finit par le réaliser malgré nous. Claude a peut-être repris certains classiques américains, utilisé les mélodies des autres, mais il l'a fait dans ses mots à lui et de ce fait, a peut-être mieux incarné les émotions reliés aux chansons que les compositeurs originaux. Je le crois. Je le crois vraiment.

Je ne sais plus ce que pourrait être ma vie sans Claude maintenant. J'ai des frissons à écrire ce que j'écris. Ma rencontre avec Claude, c'est l'histoire d'un coup de foudre instantané. Je parle beaucoup de lui. Mais je suis comme un gars qui parle de sa blonde qu'il adore ou de son nouveau né. Claude est tout pour moi en ce moment. Je l'aime de tout mon coeur, de tout mon âme.

Claude François est sacré !



Cette chanson m'a sauvée la vie. C'est à cause d'elle que je me suis mis à rêver d'un endroit ou l'on pourrait m'accompagner, m'inviter à revivre sans consommer. C'est ma chanson Straigh Edge. C'est pas ridicule. Imaginez-vous que ça va vraiment mal et qu'un ami vous dit: Viens chez moi à la campagne te reposer, te refaire un peu... J'ai souvent pleuré en écoutant ça. J'arrête pas vouloir vous convaincre que Claude est beau. Il n'y a qu'à écouter pour comprendre.


Si tu as quelque chagrin, pour les oublier, il y a toujours une gare, un train. Change de cièl. Viens voir la terre et les rivières. Viens à la maison. Y a le printemps qui chante ! Wow !

DaGhis-Séba en France pour les printemps de Bourges

Que de beaux souvenirs ! Pis ce gars m'a interviewé à nouveau lorsque j'y suis allé avec Gatineau. Ironie, j'ai reçu une demande d'amitié de la part d'une fille sur qui j'avais flashée en même temps que Ghis m'a envoyé cette photo il y a deux jours !


Et oui, moi et Ghis on été ensemble ben avant Gatineau pis Ominkrom. On a forgé une partie de cette scène back in the days....

mercredi, septembre 09, 2009

Bonjour, Bonjour !

Je passe dire allo. Je suis tellement dans le jus avec mon travail et ma musique que j'ai pas ben ben eu le temps d'écrire depuis quelques jours.

Fenshui Fencé: LES TRAVAUX SONT DANS MA PUTAIN DE CUISINE À 7H00 AM DEMAIN MATIN!!!! C'EST UNE VRAI FARCE TELLEMENT QUE CHUS ÉCOEURÉ !

Claude FrédÉRIC

mardi, septembre 08, 2009

Sea, sex and Sun !


Allez faire un tour à la plage !

De la bédé

Pour les quelques personnes qui m'ont envoyé des sous pour le scénario, patience. Je m'excuse d'avoir rien envoyé. Cet été, je croyais avoir terminé et j'ai soumis quelques pages à un dessinateur qui m'a donné quelques critiques, j'ai réalisé que je devais changer le nom des personnages puisque ça avait aucun lien avec ce que nous vivions dans la vrai vie, problèmes de logistique et de structure du récit. Puis, le spectacle avec Poirier est venu si vite que j'ai dû me concentrer sur ça le plus rapidement possible et délaissé tout le reste. Tellement que j'en suis devenu Straight edge pour pouvoir accomplir ma tâche colossale à temps. Puis, puis, puis je suis resté inspiré pour l'écriture de rap et le prochain Gatineau est venu lui aussi. Je dois terminer ben des affaires cette semaine encore.

Bref, j'ai tout laissé sur la glace. Puis, je me questionne sur cette bédé qui n'est qu'un ramassis d'anecdotes de culs avec des liens entre eux. Je ne sais pas si c'est ça que je veux montrer dans le fond. Par contre, j'ai commencé la suite pis c'est hot. Je reprend la structure du récit d'un classique du cinéma québécois et y met mes personnages, qui cette fois, y sont mieux représentés. L'histoire étant aussi écrite avant d'écrire les dialogues, ça risque d'être meilleur. En tout cas, j'sais pas trop trop ou j'en suis avec ça pis je risque pas de voir le bout avant un bout. pardon.... Mais je vais quand même pas butcher mon oeuvre pour envoyer de quoi de rapidement par la poste ? Je vais prendre mon temps pour vous donner de quoi de cool et de bon..


Merci chers lecteurs.

Cocorosie


Quel spectacle merveilleux hier au National.


Dans le fond, j'ai pas grand chose à dire. J'ai le goût de garder ce show en moi.


Disons que j'avais partagé la scène avec eux en France. J'étais sur le stage tout le long de leur show!

J'avais aimé ça, mais c'est vraiment hier que j'ai vraiment vu ça.

lundi, septembre 07, 2009

Podium

En tournée de pratique avant le grand concours de sosies, Bernard Frédérique dans le roman, tente de faire, d'imiter le saut qui a coûté à Claude, l'original, en 1965, trois côtes. Mauvaise chute.

Effectivement, pouvant imiter Claude jusque dans la douleur, Bernard saute, tombe et se casse deux côtes. Une de moins que son idole.


- Ah, Couscous ! C'est un des plus beaux jours de ma vie de Claude François !!!!



Ah!Ah!Ah!

Pages arrachées du livre de Satan - 14- 7 septembre 09

L'affaire avec la poésie, c'est qu'il faut se garder réceptif. Il faut avoir la porte ouverte ouverte en permanence.

J'en suis toujours là. J'écris lentement par contre, J'ai pris un max de notes ces derniers jours. Il me reste qu'à colliger le tout et d'arranger ça dans mes dossiers. Il ne suffit que de peu et ces mots deviendront musique. Il le deviendront au cours de la semaine prochaine.

Gatineau sera en résidence à la Maison de la culture NDG de mardi à dimanche prochain. Dimanche soir, on aura presque tout le disque de monté. Il ne me restera qu'à écrire quelques lignes, penser à la ligne directrice du truc. Ça, c'est si on réussis à travailler vite. Souvent, même dans une pratique de 2 heures ou il nous faut maximiser notre temps, on le passe en pause. Il ne faudra pas que ça soit ça. Moi, ne pas être dans ce band, je rêverais (j'en serais même jaloux) d'être dans ce band. Heureusement, j'en suis le chanteur. Ça m'évite de rater ma vie, d'être jaloux et de feeler cheep. Alors aussi bien en profiter au maximum de ce rôle au cours de la prochaine semaine !


Merci à Luk Côté qui a cru encore une fois en moi. J'ai été invité deux par lui à la Macu en compagnie de Ghislain Poirier et c'est la deuxième fois avec Gatineau.



Revenez souvent cette semaine. Car les Pages arrachées du livre de Satan en seront à leurs paroxysme d'ici dimanche prochain.

dimanche, septembre 06, 2009

C'est merveilleux !


Voici mon nouveau fond d'écran ! J'ai remplacé mon vieux Cloclo par nouveau Cloclo !

Jean-Philippe

Ce film me fait penser à Fahrenheit 451.

- Weird ?

- Non !


Ça me ramène au fait de la connaissance d'une chose, d'un sujet, d'une personne, un livre, connu que par une personne au monde et que cette personne est la seule à pouvoir en assurer la postérité, pouvant le ramener à vie, le garder au monde.


Sans Fabrice, plus de Johnny.


On est ainsi face au deuil parfois. On veut garder vivante en soi la personne aimée, la disparue. C'est beau quand même. Je me plonge souvent dans mes souvenirs, dans ma mémoire afin d'insuffler le souffle aux choses mortes. Ça doit être la raison pour laquelle je reste si souvent seul. Mes morts en moi sont plus vivants que les vivants !


La mémoire.

in Ze parc

Petite fête dans le parc, petit Block Party amusant !

Ça m'a fait du bien.

Des gens, des français, de la folie et du rap.

vendredi, septembre 04, 2009

Soirée hommage à Claude François en compagnie de Sam Murdoch et Claude FrédÉric Brousseau à Montréal ?

Habitant à Montréal, viendriez-vous à une soirée hommage à Claude François ? Vidéo-hommage Karaoké Cloclo et Danse Claudienne... C'est un vrai sondage. Je veux le plus de réponses possible.

Répondez ici ou sur mon Facebook soit dans les messages persos ou sur mon statue en date de la nuit du 5 septembre...


C'est donc ben moderne le riff de Guitare au début pis ce montage !!! Ayoye !



Claude FrédÉric

MCMLXXXIV

Je me cherche un compact de CRASS depuis 1994. J'ai accroché immédiatement. Mais puisque le compact m'avait été prêté et qu'à l'époque on ne se brûlait pas de cd, j'ai arrêté de l'écouter aussitôt celui-ci remis à mon ami.


Puis enfin ce soir: Best before 1984...


Portez attention à 1984 encore....


De vous parler de ça, ça fait parti du Making of de Gatineau.


à Noter: dans 1984 en romain il y a trois x, le sexe est exprimé par trois x et j'en parle en amsse dans mes textes et je suis devenu Straight edge, ce qui est souvent représenté par trois x.

Et bien....

Je passe dire bonjour. Je vais rester dans l'embrasure de la porte. Non ! Non ! Ne vous levez pas de votre chaise. Je ne fais que passer. Quelque chose d'urgent nécessite ma présence.


Juste pour dire que j'ai pas grand chose à dire aujourd'hui, ce matin. Tsé j'me réveille là...

jeudi, septembre 03, 2009

Fenshui fencé !

extrait:


Couplet 1
*
C'comme un cadran qui part à 7 heures du matin.
Au début, j'pense que c't'un glissement d'terrain.
C'est terrible, j'me tais, j'me terre de terreur.
Ça doit être la fin du monde y a pas d'erreurs.
Je regarde par la fenêtre: Un énorme tracteur,
Un boulet mécanique, un extracteur,
Une scie sauteuse, un marteau piqueur,
Une voix crie qu'l'eau va être coupée dans un speaker !
Dans rue, y a tellement d'vibrations, pis d'vacarme
Qui y a une couple de char dont sont partis l'alarme.
Subitement, ma p'tite rue perd de son charme.
Subitement, j'ai l'goût de m'munir d'une arme.
1
2
3
4
*

refrain:

Ich bin Glücklich !

Bientôt novembre 2009 !

Ça va faire 20 ans que le mur de Berlin est tombé.


Moi qui aime l'Allemagne autan que la France, les occupants et les occupés en fait, je me réjouis!

Je commence déjà à collectionner les revues !!!!



Si vous connaissez des liens se rapportant à la chute du mur, envoyez-les moi !



J'ai une grande connaissance de plusieurs trucs allemands. Pas autan que la France, mais disons que j'ai appris la langue par moi-même. Je ne le parle pas, mais le comprends !


1) Mon sac à dos est un authentique sac de Berlin Est qui m'a été donné par un allemand !

2) La première année de Gatineau, nous avions une chanson chantée en allemand dont j'avais composée le texte !

3) Parce que ça fait beau d'avoir points, mais en fait, il n'y en a pas !

mercredi, septembre 02, 2009

Seba et du beau monde

J'ai piqué le titre à Vander !


je voulais dire que j'ai du crisse de beaux monde autour de moé. Mon ex, mes parents, mon frère, Martine, Éric' Jim, Isabelle, Marie-Ève, Mélanie, Raphaelle, toute l'équipe c4 Martine (encore) Paule pis Pierre qui est là en ostie quand c'est le temps.

Je voulais que vous êtes en crisse aussi avec moé cher lecteurs. J'en ai envoyé chier une l'autre jour. Seulement une. Mais vous êtes présents en maudit dans ma vie. Je poste ici et j'ai tout de suite des réactions sur Facebook. J'ai du monde de France qui m'écrivent ! Je ne me sens jamais seul même si je passe beaucoup à la maison ou dans un café. Vous êtes là chers lecteurs plus souvent que mes amis véritables que je vois en chair et en os.


Vous me supportez. C'est pas pour rien que je partage ma création et mes bouts de textes avec vous dans Pages arrachées. Je veux que lorsque les albums sortiront que vous puissiez dire que vous étiez là à côté de moi, témoins de cette création, de la naissance de ces textes. L'une des dernière chose postée sous forme de photo: un refrain /Je peux pu me retenir.... Ben ça va être un vrai refrain... Je veux que vous soyez au courant avant tout le monde comme des amis intimes. Je partage pas ça pour être show off. Je le partage par amour et respect pour vous. Moi, j'aimerais bien que Philippe Katerine partage ses oeuvres comme je le fais. Je veux que vous soyez là en directe. Par contre, je me garde certaines choses parce que ce sotn des idées que je ne veux pas me faire voler....


Merci à mes amis, merci à mon label C4, mon band, Ghis, ma famille etc...


Avec vous, je ne sens jamais la solitude.
Maudit tabarnak de calice d'ostie de St-Ciboire de crisse de calice de St-Sacrement d'enfant de Jésus de bout de viarge !

WOODY ALLEN

- Mon Dieu, ce que l'on mange mal dans ces auberges de campagne !

- Oui...Et en plus, c'est pas copieux dutout !