dimanche, septembre 13, 2009

Aube

Chacun à la droit d'accepter dans sa vie ce qu'il veut et ce qu'il ne veut pas. Savoir refuser certaines choses, savoir ce que l'on ne veut pas, pouvoir les identifier, c'est un signe de maturité. Et se respecter, se faire respecter dans tout ça, c'est encore un signe de maturité, de sagesse et d'expérience.

Il y a des chemins dans lesquels je désire ne plus marcher à nouveau alors qu'avant j'allais au grès du vent.


Il y a de ces gens qui acceptent tout ce que la vie leur offre. Pour ma part, j'en refuse le plus possible afin d'allé droit au but à l'essentiel. C'est l'urgence de vivre qui me dicte cette ligne de conduite. J'ai de moins en moins de temps. Je dois me concentrer. C'est que j'ai tout simplement perdu trop de temps. Je sens que je dois bosser davantage et plus rapidement. Je suis à l'heure des choix: faire plaisir aux autres comme je l'ai fais toute ma vie ou me choisir, me respecter et faire avancer mes projets, faire ce que je veux. C'est certains que je ne plais pas à tous, mais moi je m'aime bien dans tout ça. Je sais ce que je veux et je reste constant dans mes objectifs. J'ai le courage de vivre mes opinions et de ne pas les lâcher.

Si je n'en étais pas là, hier j'aurais changé le titre d'une chanson auquel je tiens, bu du vin et de la bière, pour ne pas froisser certaines gens lors d'un vernissage. Si les gens vont dans la vie tout croche, ben on est pas obligé de les suivre et de se perdre avec eux. Ça a l'air simple pis tellement convenu ce que j'écris, mais pour moi c'est nouveau se respect envers moi que je pratique.

Avant, je voulais tellement être aimé que je pilais sur mon orgueil pour faire plaisir aux autres. Maintenant, je refuse de faire plaisir aux autres si je ne me fais pas plaisir dans ça d'abord et avant tout. Le refus, le non, font parti de mon quotidien. Ça dérange ? Et bien moins je ne suis plus intéressé à me mettre une laisse et à la mettre entre les mains de quelqu'un. Je sais suffisamment ce que je ne veux pas désormais dans mon existence pour ne plus faire ça. J'ai l'air bête ?

Je ne laisse plus, pour les gens, les portes toutes grandes ouvertes. Non. On doit sonner. Je viens voir par la lunette et décide si je laisse entrer ou non. C'est MON choix à MOI.

Je ne suis pas sauvage. Je sais juste et sais facilement, rapidement, identifier ce que je ne veux plus vivre.


Pourtant, je suis ouvert aux expériences, à la vie. Je suis un fonceur. Mais je choisi mes cibles désormais, décide sur quel fréquence je règle la réception des manifestations positives de l'univers devant me tomber dessus.

C'est pas un style que je veux me donner. C'est juste l'expérience, la putain d'expérience qui me fait vivre ainsi maintenant. J'ai réalisé ce qui n'allait pas dans ma vie, ce qui n'avait pas marché et j'ai fais en sorte de ne plus vivre ça. L'alcool, la drogue et les femmes m'ont empêché d'atteindre mes buts ? Exit ! Je vais pas boire, me geler pis sortir avec toutes les filles qui veulent sortir avec moi pour faire plaisir au monde ! Mais ça a l'air tellement difficile à comprendre ça pour les gens autour de moi. J'ai le droit de me prendre en main, de vivre selon mes principes. je fais pas mon Dieu icitte, chus aussi fucké que n'importe qui dans le fond, mais on dirait que les gens ont tellement pas de principe pis de colonne que dès que quelqu'un fait des choix qu'il respecte à plus ou moins long terme, il est taxé d'extrémisme, on ne le croit pas et/ou il semble un illuminé. Pardon pour la dernière phrase à la structure compliquée. Crisse je veux pas boire, je veux pas me droguer ni avoir de femmes dans ma vie jusqu'au mois de février prochain. C'est mon choix ! J'ai au moins 30 chansons à composer, ma vie à remettre en selle, du travail à faire, des sessions de studio, des thérapies sur justement comment je mène mes relations avant de me remettre en couple.

Pis c'est quoi aussi cette société qui fonde le bonheur sur la perte de soi dans l'autre ? La solitude est source de malheur ? On doit absolument rentrer dans le moule: couple, enfant, maison et chien pour vivre heureux ? On est plus en 1955 merde !

Oui, j'aimerais bien vivre ça quand même. Mais pas pour le moment.

J'ai pas le temps. J'ai pas le temps. J'ai pas le temps. J'ai pas le temps.


Pardon d'être sauvage comme ça....

Aucun commentaire: