vendredi, septembre 11, 2009

Quand un bateau passe


La version 45 tours est tellement belle. Quand Claude se met à chanter plus haut: Et depuis ce jour...Ça donne des frissons.

Je capote sur Claude. Il est présent en moi chaque jour, chaque minute. Ses chansons me touchent de plus en plus. C'est mon ami. Il m'accompagne. Je lis Podium et je réalise et comprends tout ce que le personnage Bernard Frédérique veut dire quand il dit : Claude est en moi, Claude m'a parlé. Le problème est que je ne le trouve pas drôle Claude François ! Je le prends au pied de la lettre. Couscous dit dans le livre que chaque moment de Claude est présent dans ses chansons, que si tu mets ses chansons une à l'arrière de l'autre, tu peux composer sa biographie. Je le sens. J'ai pas eu besoin de Couscous pour le réaliser. À force d'écouter St-Claude, on finit par le réaliser malgré nous. Claude a peut-être repris certains classiques américains, utilisé les mélodies des autres, mais il l'a fait dans ses mots à lui et de ce fait, a peut-être mieux incarné les émotions reliés aux chansons que les compositeurs originaux. Je le crois. Je le crois vraiment.

Je ne sais plus ce que pourrait être ma vie sans Claude maintenant. J'ai des frissons à écrire ce que j'écris. Ma rencontre avec Claude, c'est l'histoire d'un coup de foudre instantané. Je parle beaucoup de lui. Mais je suis comme un gars qui parle de sa blonde qu'il adore ou de son nouveau né. Claude est tout pour moi en ce moment. Je l'aime de tout mon coeur, de tout mon âme.

Claude François est sacré !



Cette chanson m'a sauvée la vie. C'est à cause d'elle que je me suis mis à rêver d'un endroit ou l'on pourrait m'accompagner, m'inviter à revivre sans consommer. C'est ma chanson Straigh Edge. C'est pas ridicule. Imaginez-vous que ça va vraiment mal et qu'un ami vous dit: Viens chez moi à la campagne te reposer, te refaire un peu... J'ai souvent pleuré en écoutant ça. J'arrête pas vouloir vous convaincre que Claude est beau. Il n'y a qu'à écouter pour comprendre.


Si tu as quelque chagrin, pour les oublier, il y a toujours une gare, un train. Change de cièl. Viens voir la terre et les rivières. Viens à la maison. Y a le printemps qui chante ! Wow !

Aucun commentaire: