mardi, avril 06, 2010

Passion entre les mains

J'avais le goût d'écrire sur le fait qu'à une certaine époque, il nous semblait accordé plus d'importance à certains groupes de musique parce qu'on les écoutait en cassette et que lorsque l'on partait pour une longue ride, on avait que celle-ci. Le sentiment d'appartenance était plus grand que maintenant oû on a 300 albums dans un ipod avec nous en permanence. J'aurais aimé vous que je préfère maintenant, même si je reste accroché au fait que ces justement le manque de moyens d'une certaine époque pas si lointaine qui a forgé ma personnalité et fait de Beastie boys mon band préféré. J'aurais aimé vous dire aussi que Jane's addiction a déjà été un de mes band préféré alors que maintenant je réalise que je trippe pas plus sur ce band qu'un autre. Qu'il a tout simplement été une des rares bande sonores d'un certains été auquel je tente de rester accroché depuis des années.

Si j'avais eu le temps, j'aurais pu vous exposer ma théorie du détachement que l'on a face à ces groupes à cause du ipod. J'ai Think about about life dans mon Ipod. Je l'écoute souvent. Mais c'est devenu un groupe comme un autre. Un morceau de playlist. Je ne m'identifie plus ou pas à ça. J'irais pas jusqu'à m'acheter un t-shirt du band et à me coiffer comme eux. Il me semble qu'à cause du fait qu'on est bombardé de musique et de groupe et de styles et de looks, il devient surperflu et surtout difficile d'adopter de look officiel de ce que l'on écoute. Et dire que dans mon temps, on était des Beastie, de Kurt ou des Courtney pendant plusieurs mois avec les t-shirts assortis. On écoutait ce que les grosses compagnies voulaient bien signer et que l'on écoute. Quand on y pense, Greenday c'était pas du fucké punk. C'était ce qu'une grosse compagnie avait bien décidé qu'il serait digérable pour la jeunesse et qu'elle avait décidé de signer afin de nous la livrer. Le vrai punk était en dessus de tout ça. Bref. je viens d'ouvrir une brèche ici je crois. Maintenant, je crois que le punk, le vrai peut vraiment naître car grâce à la culture du Ipod, de vrais bands anti-capitaliste peuvent naître sans avoir besoin de se faire manger par l'Industrie.

Bref..


J'aurais aimé vous parler de tout ça. Mais j'ai pas le temps ce matin.

Aucun commentaire: