lundi, avril 04, 2011

Nouvelles Nouvelles

C'est ironique parce que depuis quelques jours, j'ai tellement d'idées pour des "posts" ici où des "status" Facebook, mais n'écris rien. J'ai trop d'idées pis en même temps tout se mélange. C'est surtout pas disable genre. J'suis aussi bien garder tout ça pour moi. Mais mettons que je composerait un album entier de " Dégage!" ou de "Non mais pourquoi ?" si je ne me retenais pas.

Je suis tellement dans le jugement en ce moment, dans la remarque méchante, dans le mépris. Je le dis ici. J'suis comme fâché contre beaucoup de trucs. Mais dans le genre mesquin là. Pas cool. Mais ça serait drôle.

Je dis tout ça en ne le disant pas en même temps.

J'suis dans ma tête en crisse. Dans mon monde pas mal. J'suis heureux au bout. Mais je suis dans une certaine distanciation d'avec le monde.

J'sais pas pourquoi je dis tout ça ici.

C'Parce que j'aimerais ça écrire tout ce que je pense ici. J'aimerais vraiment en faire des chansons aussi. Mais j'écris plus du tout. Ça m'intéresse moins l'écriture. En fait, je n'y pense pas. Facebook a ceci d'insidieux que l'on croit partager, crééer sur l'instant, communiquer sans vraiment développer une idée comme quand on écrit un rap. Résultat, quand une blague me vient comme il y a 6 ans, au lieu de mettre en charpente un rap, de structurer un discours afin d'illustrer ma blague, je poste ça ben vite sur Facebook et c'est fait. Je devrais pas faire ça. C'est dommage. Je suis un artiste. J'ai le talent de pouvoir faire de quoi avec des miettes. Mais je poste ça en deux phrases sur Facebook. 10 personnes LIKE IT pis après ça it's over. Je devrais composer des chansons à la place. Ça fait longtemps que j'ai pas écris pour vrai. Tsé pour vrai. Je ne sens plus l'urgence de créer. C'est peut-être dangereux ?


Il faut que j'ouvre mes cahiers comme dans le temps. Mais ce putain d'internet à la con qui nous bouffe tout ce temps ! Oui, dernièrement Internet a été l'outils principal de révolution, mais laissez-moi vous dire qu'internet en a empêché une maudite bonne gang ! Vous voyez ce que je veux dire ? Moi, Facebook, je capote sur ça. Mais ça a tué, cassé ma plume. J'étais beaucoup créatif en 2003 alors que j'avais pas internet. Que faire ?

J'arrête d'écrire ici. J'sais pu quoi dire... Ma pensée s'est articulé ainsi. Là, j'ai pu rien à dire dans ce post.

À demain chers lecteurs...

5 commentaires:

Anonyme a dit...

C'est vrai ce que tu dis a propos de Facebook et d'internet... quand j'étais étudiante, pas d'ordi dans ma chambre, un seul pour toute la famille; je passais la plupart de mon temps à dessiner, peindre, etc. maintenant depuis 4 ans j'habite seule à Montréal avec mon chat, zombie devant mon ordi pis mon Facebook. Pis ca doit faire 1-2-3 ans que je les ais pas ouvert mes cahiers a dessin, pis ma valise d'artiste.. pis j'ai meme pas le gout. Tu te dis "j'ai pas le temps" mais dans le fond c'est juste que tu le perds ailleurs, sinon tu l'aurais le temps... C'est un pensez-y bien. Contente de voir que je ne suis pas la seule au prise avec ce phénomène qui brainwash.

A.D

Mc BrutaLLL a dit...

Oui pis ce qui me gosse, c'est que j'ai des projets de disques pis que ça avance pas. On est moins seuls avec Facebook, mais quand même !

Le gros problème et que si j'ai une idée de toune, ben j'en fais une phrase de profil au lieu de construire une toune avec ! Triste.

Anonyme a dit...

Oui, un phrase sur un profil; comme quand je fais un petit gribouillis rapide sur mon iPod touch pis que je le poste sur mon Facebook... :)
Triste.
A.D

Mc BrutaLLL a dit...

Pour moi au début, FB a été une manière de rester proche du public entre les deux disques, de parler de l'oeuvre à venir. Mais de plus en plus, il n'y a même pas d'oeuvre. Qu'un artiste qui parle qui va faire de quoi et qui fait rien dans le fond.. Pathétique..

Anonyme a dit...

Ca donne le gout de faire simplicité volontaire et de se gosser une cabane dans le bois, hein. ;)
Au moins tu es conscient de "l'obstacle"... Je te souhaite bonne chance pour la suite de tes réflexions!
A.D