vendredi, avril 29, 2011

TELLS FROM THE CRIB-NEWS-Love and death




Ouin ben ça avance en maudit mes textes. Je suis en feu en ce moment. Il me semble que d'avoir redécouvert Serge Gainsbourg et de mettre remis à fond dans Bashung, de découvrir le nouveau Beastie boys me redonnent un coup de pied dans le derrière. C'est surtout d'écrire QUE POUR MOI sans aucune pression qui m'inspire comme jamais. Je suis dans MON monde, dans MA tête. J'échafaude des structures. J'ai une vision de l'ensemble de ce que je veux. Je développe des personnages. On verra bien. Mais c'est drôle à quel point je suis inspiré ! Je pense rien faire avec ça, mais disons que je vois pas pourquoi je fermerais le robinet alors que j'écris comme un fou avec la fougue que j'avais en 2002-03-04. Disons que ça fait du bien de me retrouver moi-même, de m'exprimer par ma plume. Ça faisait des années que j'avais rien écris de bon.

Il est beaucoup question de filles dans mes écrits. Je parle pas nécessairement de "relations". Je parle de moi qui des fois, est plus fille qu'une fille, je parle d'une fille et son rapport à l'image punk qu'elle veut projeter avec son swag, de l'amour, de j'sais pu trop aussi.... Ben, c'est Woody Allen qui disait que les deux seuls sujets importants sont l'amour et la mort. La mort aussi, je la traîte et sera présente dans quelques textes comme d'habitude. Depuis Elephant, j'aime bien qu'une chanson se termine dans le carnage le plus totale. Pour ce qui est de l'amour et des femmes, et bien la cagoule n'est jamais très loin. Et oui, Mc BrutaLLL n'est pas mort. C'est ce qui me fait écrire, Mc BrutaLLL. Sauf que ce qui est mort, c'est l'incarnation du personnage tel que vous l'avez connu. J'aime ce personnage, mais de me promener en bobettes me fait pu buzzer pantoute. Remarquez que je fais tellement attention à mon corps en ce moment que j'aurais une certaine fierté à montrer que je suis passé de 190 livres à 130 ! Aahahah !

Bref, en ce moment, j'écris à tâtons, peu à peu en partant du contour de la spirale pour m'en aller vers le milieu. Mais je sais, je sens que toute cette édifice sera conceptuelle et compact.

Je vis beaucoup de bonheur en ce moment avec ma plume. J'écris tout les jours comme je fais du vélo au quotidien. Je reste focussé sur le but. Je vois devant. Rien de mieux pour moi que d'écrire dans le "vide" sans projet. Écrire pour écrire. Sans musique, sans but. ça me libère. Mes meilleurs textes ont été écrits ainsi. Ce sont des textes que je me disais:" Ah, Pointe All dressed, je vais jamais jamais jamais chater ça devant du monde ! C'est juste pour moi, juste pour le fun". Ça donne le meilleur de faire ça. On se fait plaisir et quand on a du plaisir dans sa discipline, et bien les autres en ont aussi à nous regarder.



Nouvelle phrase:

" Elle pense qu'elle pense ce qu'elle porte;
Qu'elle porte ce qu'elle pense peu importe ce qu'elle porte".

Aucun commentaire: