vendredi, décembre 21, 2012

La dope, la bouze, ça me gosse

 Moi, quand quelqu'un me gueule après parce que je consomme pas, 
ça me gosse.
 Quand quelqu'un croit pas à ça ?
 Ça me gosse. 
Quand on pense qu'il ne faut pas arrêter de consommer parce qu'on devient Jesus freak, fan de religion, 
ça me gosse. 


Si t'as besoin d'arrêter, arrête.
Pense pas au Lord ciboire !
Sauves-toé toé !

Quand on me dit que je devrais recommencer et me contrôler, 
ça me gosse. 
 Quand on me traite d'extrémiste de pas consommer, 
ça me gosse !

mardi, décembre 18, 2012

Punks get old too

J'écoute tout l'oeuvre de ce groupe cette semaine alors que j'écris de manière frénétique. Je noirci beaucoup de pages en ce moment. Ça avance. Yes !

lundi, décembre 17, 2012

Coucou

Bon. Je recommence à avoir des lecteurs ici. Ça vaut la peine de recommencer à vous écrire. Yes !

Je m'étais parti un tumblr l'an passée. Mais j'ai fini par y mettre que des photos pour finalement l'abandonner. Peu importe ce qui arrive, je suis mieux de rester ici pour toujours puisque ceci est en fait un peu mon journal intime/dévoilé que je met en ligne depuis 2006. C'est pas rien comme archive. D'ailleurs, pour le roman que j'écris en ce moment, j'utilise certaines entrées afin d'aider ma mémoire.

À demain donc !

samedi, décembre 08, 2012

Les demandes spéciales.

J'ai rien contre. Sauf que si tu viens me demander Édith Piaf pis après Jacques Brel pis après Léo Ferrer en rafale pendant que j'ai le dancefloor de pris en feu à cause de je balance du hip hop, ça va pas marcher. Pis ça va pas marcher entre moé pis toé si t,es pas capable de comprendre que la demande est incongrue.

Ceci dit, j'ai ces trois artistes chez moi dans ma collection de vinyles. J'adore ça. Mais pas dans un club à 1h45 pendant que tout le monde danse.

Ipod battles ( vieux mail )



Très drôle. Je viens de tomber sur un vieux courriel de 2007 genre. Ça parle d'un des premiers Ipod Battles.   Je risque de poster de plus en plus ici. J'écris un roman sur ma vie, sur l'époque où j'étais dans Gatineau de 2005 à 2009. Pas sur le band, mais sur ma vie. Je collige des vieux emails et regarde des photos de cette époque en ce moment et tente de reconstituer ces instants.
Voici le courriel envoyé à mon amie Mélanie.


Écoutes: Le Ipod battle c'était tellement de la marde ! On est le seul band a s'être fait hué durand presque toutes les chansons!!!! On était mauvais pis la résolution des mp3 était à chier. On entendait rien!!!! Nos tounes étaient plattes..
 
C'est un événement de marde ! Omnikrom pis TTC se sont fait jouer eux-mêmes!!!!!  Ominikrom ont fait jouer du Omnikrom!!! TTC du TTC. Les autres bands qui participaient ont également fait jouer du Omnikrom et du TTC !!!  C'est poche.. Pas Omnikrom pis TTC, mais le fait que ça soit juste deux bands qu'on ai fait jouer. Les gens n'ont pas de conscience. On en avait  nous aussi de ces bands dans notre Ipod! Ça ne se fait pas. J'ai fait jouer Du gratuit, une toune méconnue de Ghis.. Personne n'a compris. Personne ne savait que c'était Ghis. S'ils avait sû que Ô mon Dieu, c'était ghislain Poirier qui jouait, tout le monde aurait dansé et aurait aimé. Incultes!!!!  Même sa blonde a hué parce qu'elle ne savait pas que c'était son chum que je faisais jouer. Etienne Côté-Palluck lui a tapé sur l'épaule en lui disant: Dana... heu c'est ton chum qui chante en ce moment.

Pour ceux qui ne le savait pas, Oui, Ghislain Poirier a déjà rappé ! Pis c'était bon pis drôle. Du Gratuit est une des tounes du rap des années 2000 au québec les plus drôle que j'ai entendues.  C'est du pré-Omnikrom. 

lundi, novembre 26, 2012

Dirty Boots


Voici le début de ma première nouvelle. Vous en pensez quoi ?




C'était l'époque où l'on enlevait pas nos bottes pour rentrer chez le monde tellement elles n'en finissaient plus de nous monter jusqu'aux genoux. Des 20 trous, c'est long à lasser fait qu'on évitait le plus souvent possible d'avoir à les délasser. Les plus paresseux d'entre nous portaient des Converse de skaters comme sur la pochette de DGC's Rarities vol 1. Y a jamais eu de volume 2 pis c'est pas grave. Ça avait dû être déjà pas mal tough de remplir un disque compact de raretés issues des retailles de disques de bands grunge parus sur cet étiquette phare en ce début des années 90. On y avait vu passer Weezer, Sonic youth, Beck pis bien sûr, Nirvana. David Geffen était visionnaire. Après avoir embarqué la troupe de Thurston Moore, ceux-ci avaient convaincu un petit band de Seattle jusqu'alors inconnu de quitter le label Sub Pop pour venir avec eux sur Geffen. Sonic Youth croyait que Nirvana, qui venait de sortir Bleach et avaient tourné avec eux en Europe tout l'été, ce que l'on peut voir dans In 1991: The year punk broke, avait du potentiel. Les New yorkais avaient persuadé Cobain et compagnie de faire le grand saut sur un major. On avait rapidement crié à la trahison dans l'underground. Mais the rest is history comme on dit.

samedi, novembre 24, 2012

Le blues du dj

Maudit que je commence à être tanné de mettre souvent les mêmes affaires. On part mixer en se disant qu'on va mettre beaucoup de tounes que l'on a le goût d'entendre, pis In the eat of the moment, on en vient à mettre des tounes évidentes, connues de tous. Ça fait danser. Ça fout le party et c'est que l'on veut au fond.

Mais maudit que j'aimerais que ce soir les tounes évidentes, connues soient subitement tout autre et/ou que je les joue comme si je ne les avais jamais entendues. J'aimerais que Jump Around soit une nouveauté de la semaine. Vous comprenez ?

Ça prendrait peut-être un nouveau mouvement ?


En ce moment je revise mes classiques grunge. Je suis pas mal dans ça.  Je me rachète des Doc Martins demain.  Ouin !   Avec la tempête de neige que l'on annonce pour cette nuit, je pense que le timing va être bon.


Vous ai-je dis que j'ai commencé à écrire un recueil de nouvelles ?  Ça sera des souvenirs. Comme une biographie, mais transformée.  Ma vie sera le point de départ. Genre que lorsque je suis arrivé à Montréal, j'étais amoureux d'une prostitué que je voyais  chaque matin coin De Lorimier et Ontario. Je passais pas là et la voyais et la trouvais tellement belle.  Dans ma nouvelle, je passe devant elle à vélo, mais je lui parle dans ma tête, je lui invite un passé, des rêves etc...  Vous voyez le genre ?  Maintenant que les textes de mon nouveau disque sont enregistrés et qu'on en est au mix et mastering et que j'ai tout mon temps le jour chez moi, je vais réaliser cet autre rêve fou que j'ai toujours eu et qui est celui d'écrire des romans, des recueils de nouvelles et de poèmes. Je ne lâche pas le rap, mais disons que j'ouvre mon écriture à autres choses un peu. Je me suis toujours considéré comme un auteur d'abord et avant tout. La performance a pris beaucoup de place dans ma littérature. Il est temps que la littérature prenne sa place un peu.  J'ai besoin de voir aussi si je suis capable d'écrire autre chose. Ça sera peut-être évident, mais je dois m'y mettre. Qui n'essaye rien n'a rien.  Pis je suis dans un processus qui est de vivre comme si il ne nous restait qu'un an à vivre. C'est pas morbide. Non !  Pour moi ça veut juste dire de réaliser mes rêves et de ne plus attendre.
Je vais peut-être partager mes nouvelles ici avant de les partager ailleurs. Vous serrez mes critiques. Merci !

jeudi, novembre 01, 2012

Gangnam style !

Gig privée de dj dans un bar ce soir. Party d'Halloween d'université. On attendait 200 personnes.  À 10h00 se pointe 50 chinois. Ils font parti d'un échange.

Ils entrent. Se commande que des jus sans alcool. (50 clients qui boivent pas dans un bar,c'est plate pour le tenancier...) Ils prennent tout en photo sans arrêt. Me demandent Gangnam Style. Je mets Gangnam Style. Ils prennent tout en photo. Se prennent en photo. Dansent. Me redemandent Gangnam Style. Je remets Gangnam Style. Ils prennent tout en photo. Se prennent en photo. Dansent. Me redemandent Gangnam Style. Je remets Gangnam Style. Partent au bout d'une heure tous ensemble exactement comme ils sont arrivés.

lundi, octobre 29, 2012

dimanche, octobre 28, 2012

De retour avec NickelBack

Ça fait un an presque jour pour jour que je n'ai pas écris ici. Ça me tentais de revenir ces derniers temps. Sur Facebook, on a pas assez de place pour déployer des idées, sur Tumblr, c'est juste une patente de mode, de photos. J'sais pas. Bref, je suis de retour. Le look de ma page risque de changer aussi.

Je suis dj à la taverne Saint-Sacrement.

Hier, pour l'Halloween j'ai mixé en malade. J'ai eu un dancefloor non-stop de 5 heures en ligne. Il faut dire que ce n'est pas une place avec un dancefloor. Bref, ça a tué.


Vers 2h43, un dude avec une cuirette pis une les cheveux blonds et longs vient s'assoir à la table en face de moi, de dos. Il se retourne vers moi et cri: Do you have any Nickelback ?
I said no. J'pas de Nickelback sorry. Il se lève et vient vers moi. Il me regarde. Sans l'avoir vu de ma crisse de vie, je lui dis: I know, you're in the band. Il sourit.

Un gars de Nickelback, c't'un gars de Nickelback man ! Tu le reconnais même si tu ne l'as jamais vu !

Pis là il me gosse et me regosse en anglais.  -T'as pas du Nickelback man ?  Voyons, t'es pas canadien ? - Oui oui chus...  It's not everyday you have the drummer from NI-CKEL-BACK in your bar man !  Play some Nickelback.  - I don't have any sorry. Shame on me. Etc...   -Play some Nickelback anyway man !   Yo, le gros, by now it's "Still Dre From my man the Dr Himself, so don't fuck about him. ( J'y ai pas dis ça, mais avouez que la ligne est bonne).  Y a des affaires évidentes comme ton super band, mais auquel je pense pas quand vient le temps de chercher et trouver de la musique. C'est avec les demandes spéciales que je moule mes mixes. Je l'ai pas cette semaine, mais la semaine d'ensuite, je l'ai parce que je l'ai downloadé.



Man, si je peux t'appeler ainsi mon cher drummer de NickelBack, es-tu en manque de fame à ce point pour te pointer dans un bar de Montréal pis EXIGER qu'on joue ton band parce qu'il joue pas assez ?  MOI, j'ai besoin de fame parce que mes projets sont pas mal anonymes, j'aurais besoin de rentrer au Quai des Brumes, Au Salon, Chez Normand, à la Roquette pis piquer une crise pour qu'on fasse jouer mes musiques, mais je ne le fais pas parce que je sais vivre pis que je trippe pas trop trop sur mon cas.  Je capote sur Galaxie, sur Gros Méné, We are Wolf, Beast, Afrodizz. j'en fais jouer à chaque fois que je mixe. Chaque FOIS ! Les gars se pointent dans mon bar, je vais jamais en faire jouer pendant qu'ils sont là. C'est le grand malaise ça mon nouveau-copain-drummer-de-NickelBack. Arrête ça le besoin de reconnaissance, ton meilleur ami FOURRE Avril Lavigne !  T'es connu là là !

Fais que Dr Dré va finir tranquillement sa chanson pis tu vas boire ton jus sur ton ti-banc pis tu vas regarder ta table avec ton sourire. Écoute la jolie loop de piano de sa chanson. N'est-ce pas jolie ? Ouin han ?.. Moi aussi je trouve ça bon.

On écoutera pas de Nickelback ensemble toé pis moé à soir c'pas vrai.


Mais reviens la semaine prochaine, je vais en avoir downloadé si tu veux....